Connect with us

Critique

Notre critique du tome 8 de Granblue Fantasy

Published

on

Dessinateur : Cocho
Scénariste : Fugetsu Makoto
Éditeur : Pika Edition
Collection : Shonen
Genre : Fantasy, Aventure
Public : + 10 ans
Contenu : 146 pages
Sortie : 06 janvier 2021
Prix : 7.20 €
Statut de la série : Terminée en 8 volumes

Acheter Site officiel

Résumé

Gran et ses compagnons ont accosté sur une île lugubre où le temps semble s’être arrêté. Mais une fois sur cette île, plus moyen d’en sortir car une mystérieuse brume empêche quiconque de partir. Serait-ce l’œuvre d’une bête originelle ?

Notre critique

Nos héros sont arrivés sur une île étrange, que La Mort a l’air d’avoir oublié et où le temps semble s’être arrêté. En plus, un étrange brouillard entoure l’île et emprisonne tous ceux qui sont sur ces terres maudites. Gran et ses amis tentent de comprendre ce mystère et découvrent que toute cette histoire a comme point de départ une jeune fille qui vit seule dans son château. Ils découvrent qu’ils ne sont pas les seuls à avoir pénétrés sur cette île et à être bloqués dessus : Drang et Sturm prétendent être en vacances dans ce pays. Ensembles, ils vont lutter contre cette malédiction et rendre le temps au temps, malgré les risques que cela comporte pour tous les habitants de l’île qui survivent ainsi depuis bien longtemps.

Dans ce tome, on embarque pour notre dernier voyage dans une mer de nuages peuplée d’îles toutes plus étranges les unes que les autres. On retrouve l’équipage au complet du Grandcypher, ainsi qu’une jeune fille qui vit dans la plus grande solitude depuis trop longtemps. Cette dernière vit recluse dans un passé révolu et semble être à l’origine du blocage du temps. Ici, les gens ne vieillissent plus mais subissent quand même les affres du temps qui passe. Certains ressemblent même physiquement à des zombies. Pour sauver toute cette population, Gran, Lyria et leurs compagnons de voyage vont devoir trouver la bête originelle responsable de cette malédiction et surtout, aider une jeune fille qui souffre beaucoup. Les sentiments d’abandon et de solitude de la jeune Ferry sont très bien rendus et on ressent bien le désespoir qui l’accable.

Le scénario garde toute son énergie pour ce dernier volume. Même s’il y a de l’action et du mystère, on ressent, une fois l’ouvrage refermé, une sensation de précipitation dans cette fin ouverte. Le charadesign et la qualité du dessin sont restés les mêmes durant les 8 volumes de cette série et les jaquettes sont vraiment très agréables, avec un choix de couleurs très bien pensé. Sur cette dernière jaquette, qui est une illustration exclusive pour cette édition française, puisque ce tome n’a pas été édité au Japon, on retrouve Lyria, Grand et Vyrn, les trois héros de ce magnifique périple.

Notre critique du tome 8 de Granblue Fantasy
Conclusion

Voici une dernière aventure pour nos héros où ils doivent faire face à un mystère des plus étranges, qui mélange morts et émotions. On profite de ce tome pour revoir une dernière fois l’équipage du Grandcypher au complet avant de leur souhaiter un bon voyage. Bonne lecture !

Scénario
85
Dessin
90
Édition
90
Originalité
80
Mise en scène
85
Intérêt sur la durée
80
On a aimé :
Scénario toujours aussi rythmé
Le charadesign
Les jaquettes et leurs très belles couleurs
On a moins aimé :
Une fin un peu précipitée
80

De la génération Club Dorothee, élevée avec Saint Seya, Cobra et City Hunter, Saya, qui a un gros faible pour les shojo et les josei, adore faire de nouvelles découvertes. Le manga est une passion qu'elle n'hésite pas à transmettre aux générations futures.

Continue Reading
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

+ forty three = fifty three