Connect with us

Critique

Notre critique du tome 8 de Iruma à l’école des démons

Published

on

Dessinateur : Nishi Osamu
Scénariste : Nishi Osamu
Éditeur : Nobi Nobi!
Collection : Shonen Kids
Genre : Comédie, Fantastique
Public : + 8 ans
Contenu : 192 pages
Sortie : 8 septembre 2021
Prix : 7,20€
Statut de la série : En cours de publication

« Pour célébrer le début des “jours de la fin”, les grandes vacances de l’enfer, Iruma et ses amis partent en virée au parc d’attractions “Walter Park” !! Mais derrière ce cadre enchanteur se cache une gigantesque prison souterraine dont les détenus sont condamnés à alimenter le parc en énergie. Et tandis que les élèves de Babyls prennent du bon temps, dans les coulisses, une vieille connaissance d’Iruma s’apprête à prendre part à un projet d’évasion à grande échelle… »

Ce sont les grandes vacances en enfer et Iruma se rend au parc d’attraction infernal ‘Walter Park’ avec ses amis. Partagés en 3 équipes, ces derniers veulent gagner le concours du groupe qui s’amuse le plus. Les voici donc arpentant le parc afin de s’éclater un maximum. Tout maladroit et tête-en-l’air qu’il est, Iruma se perd dans cet immense parc d’attraction et se retrouve dans une allée malfamée. Mais tout plaisant que soit le ‘Walter Parc’, il abrite une terrible prison souterraine pour démons. Les détenus sont condamnés à fournir le parc en énergie afin de satisfaire une clientèle toujours plus exigeante. Mais les démons emprisonnés ont décidé de s’évader et ils ne comptent pas le faire discrètement.

Iruma peut enfin prendre du bon temps après ses examens. Et quoi de mieux qu’une sortie au parc d’attraction avec des amis pour bien s’amuser. Avec lui, on découvre le concept démoniaque du ‘Walter Parc’, ainsi que sa prison. Tandis que les filles s’offrent une super virée shopping, les garçons s’éclatent sur les attractions à sensations fortes. Les activités s’enchainent et nos héros en profitent un maximum. Même quand Iruma, fidèle à lui-même, se perd dans une allée malfamée du parc, il arrive à bien s’amuser, malgré un danger pourtant très présent. La prison pour les démons est un concept original, qui au premier abord n’a pas l’air si terrible : les détenus fournissent l’énergie qui permet au parc de fonctionner. Mais là où on se rend compte qu’on est en enfer, c’est qu’en plus de se fatiguer à faire tourner le parc, les détenus subissent une horrible torture : entendre pleinement les cris de joie des visiteurs qui s’éclatent grâce à eux.

Le scénario nous offre un agréable moment de détente, dans un décor fort classique, mais qui met en valeur les dons des différents camarades de classe d’Iruma. On ressent bien dans le dessin toute la folie qu’il règne dans ce parc d’attraction. Toute l’énergie des personnages ressort dans le trait dynamique de l’auteur. Au début du volume, on retrouve une petite présentation des personnages principaux, ainsi qu’un résumé des épisodes précédents. Des gags en 4 cases nous sont proposés en fin de volume. Sur la jaquette, on peut y voir Opéra, au service d’Iruma et de son grand-père démoniaque.

Iruma à l'école des démons
90 Rédaction
Lecteurs 0 (0 votes)
Pros
Résumé

En résumé, ce tome nous procure un grand moment de plaisir avec cette virée, très chaotique, dans un parc d’attraction. En plus d’offrir des activités toutes plus terribles les unes que les autres, on découvre que cet endroit est également une prison pour démons. Un vieil ami d’Iruma y est d’ailleurs enfermé et il compte bien ne pas y rester trop longtemps ! Une fois de plus, cette série nous offre une aventure des plus inattendues. Belle lecture !

Scénario95
Dessin90
Édition90
Originalité90
Mise en scène90
Intérêt sur la durée95
Ce que les gens disent... Laissez votre note
Sort by:

Be the first to leave a review.

User Avatar
Verified
{{{ review.rating_title }}}
{{{review.rating_comment | nl2br}}}

Show more
{{ pageNumber+1 }}
Laissez votre note

Your browser does not support images upload. Please choose a modern one

De la génération Club Dorothee, élevée avec Saint Seya, Cobra et City Hunter, Saya, qui a un gros faible pour les shojo et les josei, adore faire de nouvelles découvertes. Le manga est une passion qu'elle n'hésite pas à transmettre aux générations futures.

Continue Reading
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

WC Captcha × one = five