Connect with us

Critique

Notre critique du tome 8 de Why nobody remembers my world ?

Published

on

Dessinateur : Arikan
Scénariste : Sazane Kei
Éditeur : Doki Doki
Collection : Shonen
Genre : Aventure, Fantastique
Public : + 12 ans
Contenu : 176 pages
Sortie : 6 avril 2022
Prix : 7,50€
Statut de la série : En cours de publication

” Un jeune homme dont l’existence a été effacée va tenter de remettre en place le monde tel qu’il était avant ! La Grande Guerre pour la suprématie du monde qui opposa les cinq races se solda par la victoire de l’humanité menée par le héros Sid. Mais soudain, le monde est “réécrit” sous les yeux du jeune Kai qui se retrouve projeté dans un monde dans lequel les humains ont perdu la Grande Guerre des cinq races. Avec l’aide de Rinne et de Jeen, Kai tente de libérer les humains de la domination des autres races. Leur prochaine destination est la fédération de Yurn, territoire où les humains doivent faire face à Six Luminess, l’héroïne des spectres. Mais Kai et ses compagnons sont attaqués en chemin par un gigantesque béhémoth qui va soudainement les obliger à revoir leurs plans… “

Kai et ses compagnons ont mis fin au combat qu’ils menaient contre le Maître des Anges, Alfreya. Il reste encore deux héros et le commandant Jeen et ses hommes comptent bien les affronter afin de protéger la Fédération d’Io. Leiren va les accompagner et leur servir de guide dans la forêt des Célestins. Elle devient donc un otage afin de maintenir la paix entre les humains et son peuple. A peine parti, un Béhémoth de la race des bêtes mythiques se dresse devant eux et un combat acharné commence.

Leiren est fort mise en avant dans la première partie de ce tome. La jeune elfe apprécie la présence de Kai et cela se voit très fort, même si elle le nie. Mais elle n’est pas la seule, car toutes les femmes qui gravitent autour du jeune homme semblent beaucoup l’apprécier. Loin de ces trivialités, il est surtout question de la Renaissance du monde, même si tous ont du mal à y croire, mais il est difficile de ne pas voir cette réalité après les paroles d’Alfreya. Après la chute de ce dernier, c’est le début d’un nouvel arc qui commence dans la violence et le sang…

Le dessin est très régulier, avec un trait fin, peu de décors et de magnifiques héroïnes, que l’on peut apprécier jusque dans leur bain… Le combat qui fait rage est une fois de plus fluide et précis, et on sent bien l’énergie qui se dégage des différents protagonistes. Des lignes de mouvement bien placées accentuent cette sensation de puissance, surtout qu’il y a moins d’affrontements mais plus de dialogues. Ces dialogues nous permettent de suivre le cheminement des réflexions de chacun, que ce soit au sujet du Lasteraser ou les sentiments de la jeune Leiren. Une double-page couleur ouvre ce tome. C’est la très belle Six Luminens qui nous régale de sa beauté sur cette huitième jaquette.

Why nobody remembers my world ?
85 Rédaction
Lecteurs 0 (0 votes)
Résumé

Des informations, des réflexions et un beau combat, le tout saupoudré d’une pointe de sexy, voici ce huitième volume que l’on attendait avec une certaine impatience afin de rencontrer le nouvel adversaire de Kai. Bonne lecture !

Scénario85
Dessin85
Édition85
Originalité85
Mise en scène85
Intérêt sur la durée90
Ce que les gens disent... Laissez votre note
Sort by:

Be the first to leave a review.

User Avatar
Verified
{{{ review.rating_title }}}
{{{review.rating_comment | nl2br}}}

Show more
{{ pageNumber+1 }}
Laissez votre note

Your browser does not support images upload. Please choose a modern one

De la génération Club Dorothee, élevée avec Saint Seya, Cobra et City Hunter, Saya, qui a un gros faible pour les shojo et les josei, adore faire de nouvelles découvertes. Le manga est une passion qu'elle n'hésite pas à transmettre aux générations futures.

Continue Reading
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

WC Captcha fifty four ÷ = twenty seven