S'enregistrer
Votre mot de passe vous sera envoyé.
Dessinateur : Takashi Iwasaki
Scénariste : Kakeru Kobashiri
Éditeur : Ototo
Collection : Shonen
Genre : Baston, Fantastique, Suspense
Public : Tout public
Contenu : 160 pages
Sortie : 19 janvier 2018
Prix : 6,99€
Statut de la série : En cours de publication

Acheter Site officiel

Résumé

« Un mercenaire bestial court à perdre haleine dans la forêt. A ses trousses, une sorcière qui en veut à sa tête, car les êtres au physique animal mais à l’attitude humaine sont très recherchés par les sorciers, leur tête conférant un pouvoir supérieur aux magiciens… Dans sa course pour échapper à son poursuivant et aux attaques magiques qui ravagent les bois, le mercenaire tombe nez à nez avec une jeune fille visiblement inconsciente du danger. Il la saisit à la volée pour l’empêcher d’être blessée et reprend sa fuite. Mais sa protégée l’interrompt soudain et emploie une réplique magique contre l’ennemi. Comprenant qu’elle est également une sorcière, le mercenaire l’abandonne, pensant qu’elle ne tardera pas elle aussi à en vouloir à sa tête. Mais la nuit venue, elle le retrouve et lui propose plutôt un étrange marché : faire équipe avec elle et l’aider à retrouver son bien, un livre magique très puissant… »

Notre critique

Grimoire of Zero commence sur les chapeaux de roues avec un héros massif fuyant un danger immédiat et sa rencontre plus qu’accidentelle et mouvementée avec celle qui sera sa compagne d’aventures.

A la fois classique et bien rythmée, cette introduction est rendue très efficace par son déroulé rapide, chargé d’humour et d’action.

Le mercenaire dont on ignorera le nom même en fin du 2e tome, sait qu’il n’a qu’un ennemi à craindre en dépit de sa stature, ce sont les sorcières dont l’aspect physique est trompeur. Tout sort magique peut, ainsi que le montrent les premières pages, ravager des forêts, des villes et bien sûr tuer un grand gaillard comme lui.

Le duo s’annonce sous les meilleurs auspices car la complicité s’installe immédiatement. La nonchalance quelque peu désarmante de Zero, associée à son physique charmant et faussement fragile, pousse le mercenaire à revoir ses opinions arrêtées concernant les sorcières. Car Zero, qui a passé toute sa vie enfermée dans une grotte à apprendre la magie et à créer le fameux livre qui lui a été dérobé et qui, mal utilisé pourrait détruire le monde, paraît ne connaître de l’extérieur que des théories. Si elle s’avère efficace pour décrire les mécanismes de la magie et des croyances au mercenaire, elle agit et parle bien souvent avec une grande puérilité. Le mercenaire pense rapidement qu’elle va au-devant de nombreux dangers sans l’aide de quelqu’un qui connaît le monde et les humains. Mais il faut tout de même que Zero lui promette une compensation intéressante. C’est chose faite lorsqu’elle lui apprend qu’elle pourrait faire de lui un humain, ce qu’il était avant sa naissance mais qu’un mauvais sort a transformé en bestial. Réticent mais séduit par cette perspective, notre héros accepte l’étrange contrat.

L’aventure ne fait que commencer car ils vont commencer leur voyage par un tête à tête avec la sorcière qui en veut tant à la tête du mercenaire et va provisoirement intégrer leur équipée. Leur première étape sera la ville de Fomicam où il est délicat d’entrer et où mes sorciers ne sont pas les bienvenus…

Le contexte du récit est d’emblée plutôt concret. Le scénario imbrique bien l’action, les rencontres successives avec les démonstrations et explications du mercenaire et de Zero quant à la magie, au fait que les sorciers sont la plupart du temps traqués eux aussi par ceux qui préfèrent que l’on croit en un Dieu plutôt qu’en la magie. Zero sait que son statut est et doit rester obscure mais s’entête à penser que les humains font fausse route. Le mercenaire quant à lui préfère se fier à son instinct de professionnel qui a vu le pire de ce que les humains et les magiciens peuvent commettre. Les deux points de vue se complètent et chacun apprend au contact de l’autre, ce qui nourrit leur complicité grandissante.

Le chara-design s’adapte aux personnages, à leur nature comme à leur caractère même si on peut trouver excessif le contraste recherché entre le mercenaire et Zero. Les expressions de chaque protagoniste accompagnent bien le récit, soutiennent les échanges verbaux, l’humour et les révélations concernant l’univers dans lequel se déroule l’histoire. La mise en scène est dynamique, elle permet de ne pas ennuyer le lecteur un seul instant, affirme une légère tendance fan service quant aux jolies formes de Zero mais laisse toujours le premier rôle au cheminement de cet étrange duo. Les aplats sont disposés de manière à donner de la profondeur aux moments d’expression du danger immédiat ou à venir, aux révélations à sombre perspective de Zero. Les arrières plans présentent enfin les différents lieux traversés par nos héros, une forêt, une grande cité, un village abandonné… De quoi situer l’action mais sans plus.

Avec un début très prometteur, Grimoire of Zero annonce une aventure mouvementée avec un duo de personnages attachants.

 

Notre critique du tome 1 et 2 de Grimoire of Zero

Dans un univers empli de sorciers aux mauvaises intentions, un mercenaire bestial et une sorcière candide partent en quête d'un livre destructeur de mondes...

Scénario87%
Dessin87%
Edition97%
Originalité90%
Mise en scène94%
Intérêt sur la durée90%
On a aimé :
  • Contexte narratif bien construit
  • Duo de personnages efficace
  • Mélange action, magie, humour
On a moins aimé :
  • Le chara-design de Zero est un peu trop typé fan service pour être crédible
91%Note Finale

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.