S'enregistrer
Votre mot de passe vous sera envoyé.
Vous le saviez peut être déjà depuis longtemps, l’annonce était tombée au mois d’Avril : Air Gear, cette série de trente sept tomes dessinée par Oh!Great (Enfer & Paradis) touche à sa fin !
Sorti en Mai 2003 au Japon et paru en France en Novembre de l’année 2006 chez Pika, le tirage total des 33 premiers tomes du manga s’élevait à 15 millions. Air Gear a été prépublié dans le Weekly Shōnen Magazine de l’éditeur Kōdansha de 2002 à 2012.
Cette série, comme la plupart des manga, a commencé à rencontrer un réel succès en France comme au Japon lorsqu’une version animé, retranscrivant fidèlement l’histoire par rapport au support initial, a été produite en 2006, (la même année que la sortie du tome 1 en France, rappelons-le), par le studio Toei Animation.

Fiche technique sur l’anime :

Format: Série TV

Année: 2006

Titre original: Air Gear

Nombre d’épisodes: 25

Genre : shonen – action – comédie – sport – ecchi

Studio d’animation: Toei Animation

Production: Marvelous Entertainment

Réalisation: Kamegaki Hajime

Chara-design: Satô Masayuki

Auteur: Oh! Great

Musique: Skankfunk

Diffuseur: TV Aichi, TV Tokyo

En France, l’anime est licencié chez Kazé, et existe en différents coffrets, la première édition était sortie en trois coffrets, en Novembre 2007, la deuxième comporte deux coffrets sortis en Octobre 2008 et enfin la version intégrale, plus récente, datant de Mai 2011.

Synopsis : Pour échapper à la gravité et transformer la ville en immense terrain de jeu, un nouveau sport a fait son apparition : l’Air Treck. Des rollers d’un nouveau genre sont nés. Ils intègrent un moteur de petite taille extrêmement puissant. Mais Ikki n’a que faire de cette discipline, jusqu’au jour où les Skull Saders, des adeptes d’Air Treck s’en mêlent. Pour les vaincre, il devra maîtriser l’Air Treck. Quatre soeurs seront des alliées aussi inattendues que puissantes.

En plus de la version animé, il existe également trois OADs vendus avec les tomes 30, 31 et 32 en éditions limitées vendues uniquement au Japon ! Elles reprennent différents passages du manga, comme le combat d’Ikki contre Ringo ou encore celui des Kogarasumarus contre les ex-Sleeping Forest dans l’Inorganet.
Dans ces trois OADs, le groupe A Flood of Circle s’est occupé des openings, et leur musique d’un genre semblable au groupe Shankfunk dont leur chanson Back On avait été utilisé pour l’opening de la version animé, colle parfaitement avec l’univers moderne, hard, sportif et énergique du manga.

Et enfin, je vous propose de lire la biographie d’Oh!Great :

Avant de connaître Oh! Great, il faut d’abord découvrir Ito Ôgure. Né le 22 février 1972 dans la ville de Hyuga, de la préfecture de Miyazaki, le futur mangaka n’imaginait surement pas devenir l’homme qu’il est actuellement. Dans sa jeunesse provinciale, les seules lectures mangas disponibles étaient essentiellement celles du Weekly Shonen Jump, alors à son apogée et regroupant les meilleurs auteurs du moment.
Mais le jeune adolescent était intéressé par des séries plus décalées que cette culture « mainstream ». C’est ainsi qu’il s’est orienté vers la lecture de magazines érotiques alors en plein essor, comme Hot Milk, de l’éditeur Core Magazine, où étaient publiés des auteurs comme U-Jin ou Tô Moriyama, ou encore Manga Burikko (Eiji Otsuka, Erica Sakurazawa,…). Le manga reste néanmoins un simple hobby pour le jeune homme. En effet, Ôgure ne pense pas pouvoir vivre de ses œuvres, et devient rapidement un employé de bureau, avec une vie bien rangée et un projet de mariage en vue.
Cependant, les aléas de la vie ont changé la donne. Le jeune homme a le défaut d’être joueur et se retrouva très vite criblé de dettes à cause de sa passion pour le Pachinko (sorte de machine à sous très populaire au Japon). C’est à la même époque que sa copine décida de le larguer. Ainsi, Ito Ôgure décida de tenter sa chance dans le monde du manga, non pas par passion, mais pour rembourser ses créances de jeux ! En 1993, il écrit une histoire courte intitulé « Le type le plus musclé du monde » et la proposa à un concours organisé par le magazine Hot Milk. S’il ne le remporta pas, il en fut néanmoins un des lauréats et repartit avec la somme de 100 000 yens (environ 800 euros). Mais au delà de cette récompense financière, l’auteur en herbe se fit remarquer par ses pairs. C’est ainsi qu’il décida, deux ans plus tard, de quitter son emploi et de devenir « Oh! Great », pseudonyme issu tout simplement de son nom. En effet, rappelons qu’au Japon on place le nom avant le prénom, ce qui donne « Ôgure Ito » = « Ô Gurêto » = « Oh! Great ». C’est à croire que jusqu’à son patronyme, tout destinait le jeune salaryman à devenir un « grand roi » du manga!
C’est donc par des histoires au contenu érotique et pornographique qu’Oh! Great démarra sa carrière, avec des nouvelles très courtes, de quelques chapitres.
L’une de ses premières œuvres, qui aida à le faire connaître, s’intitule « September Kiss », mettant en scène un triangle amoureux et passionnel entre trois amis d’enfances, se réunissant au club d’art du lycée, avant de les retrouver dans leurs études supérieures. Une autre histoire, « Le Syndrome de Peter Pan », reprend le conte du célèbre enfant qui ne veut pas grandir mais avec un héros au féminin, un Capitaine Crochet bien plus terrifiant que la version de Disney et une Wendy hermaphrodite réincarnée dans le monde contemporain. L’auteur ne se pose aucun tabou et exploite toutes les facettes du sexe, même les plus extrêmes, du sadomasochisme au triolisme en passant par l’onanisme voire la zoophilie comme dans la nouvelle « Blue ».
Par la suite, il a réalisé d’autres titres de genre hentai comme Five, Junk Story, Naked Star et La Caresse du Fouet. Mais au fil des années qui passent, Oh!Great sort un peu (un tout petit peu) du genre hentai pour réaliser des séries type shonen/seinen plus connues , telles qu’Enfer & Paradis, Himiko Den et Air Gear qui sont toutes les trois des séries qui ont eu le privilège de se voir produites en animé !
En 1997, il se tourna alors vers le mensuel Ultra Jump de la Shueisha, magazine célèbre pour des titres comme Agharta, Gunnm Last Order ou encore Steel Ball Run. C’est ainsi que naquit Tenjou Tenge, surnommée rapidement TenTen ou Ten², et plus connu en France sous le titre d’Enfer et Paradis. La série connut rapidement un certain succès, et le premier volume sortira en Mai 1998. Quelques mois plus tard, l’auteur se félicita de voir enfin publié son « premier deuxième tome » ! Sans doute ne pensait-il pas alors que la série ferait autant de chemin. Elle comporte aujourd’hui 22 volumes, à raison d’environ deux sorties par année, et est déjà achevée. Elle connut également une adaptation animé, à raison d’une série de 24 épisodes, un OAV et un film ! En France, c’est l’éditeur Panini Comics qui se charge de la traduction depuis juin 2002, en suivant un rythme très proche de l’édition originale. On regrettera néanmoins le choix du sens de lecture occidental et une adaptation parfois bancale, au niveau des onomatopées et des carrés blancs surchargeant le travail de l’auteur, même si la conservation des posters couleurs est un plus non négligeable.
Pour Air Gear, le deuxième manga à succès de l’auteur, débuté en 2002, l’auteur revint dans le Weekly Shonen Magazine après deux ans d’absence pour débuter une série qui sera bien plus longue que Majin-Devil. La publication en volume réliés débuta quant à elle à partir de mai 2003, et compte à ce jour 37 tomes. Très vite, l’histoire des jeunes riders trouve son public. Il en découle une adaptation animée en 25 épisodes réalisée par Toei Animation, revenant sur les 12 premiers volumes de la série, en prenant quelques libertés. La série inspira même une comédie musicale ! Côté français, Pika Edition propose le manga depuis novembre 2006 à un rythme bimestriel, après l’avoir prépublié dans le Shonen Magazine. L’éditeur s’offre le luxe de prendre Taïg Chris, champion de roller, en tant que conseiller pour de multiples pages en fin de tomes.

N’oublions pas non plus qu’en plus de sa longue carrière de mangaka, Oh!Great a aussi créé le designe de personnages conçus exclusivement pour des jeux vidéos tels que Tekken et Soul Calibur !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.