S'enregistrer
Votre mot de passe vous sera envoyé.
Dessinateur : Variety Art Works
Scénariste : Adam Smith
Éditeur : Soleil Manga
Collection : Classique
Genre : Historique
Public : + 14 ans
Contenu : 192 pages
Sortie : 21 mars 2018
Prix : 7,99€
Statut de la série : Terminée en 1 tome

Acheter Site officiel

Résumé

« Chaque doctrine trouve son origine dans une oeuvre fondatrice. Découvrez les bases de la pensée économique libérale grâce aux travaux d’Adam Smith retranscrits en manga ! Présentée comme l’un des ouvrages majeurs de la pensée économique moderne, La Richesse des Nations a posé les jalons de la pensée économique libérale qui présente la concrétisation de l’intérêt personnel au travers de l’intérêt général par le biais de la libre entreprise. Ce manga vous présentera ainsi une introduction à ce classique d’économie à travers divers exemples pratiques et pédagogiques. »

Notre critique

La Richesse des Nations est un ouvrage du siècle des lumières qui est considéré comme le premier livre moderne d’économie. Son auteur Adam Smith y traite en sujet principal de l’économie dans son sens large: comment la construire, la faire perdurer et faire que tout le monde soit gagnant. Smith nous transmet à travers ce récit ses réflexions pour une société plus juste et riche.

Adam Smith était connu pour utiliser systématiquement des données empiriques et c’est ainsi que le manga est construit. Il y a à chaque fois un petit chapitre où le personnage d’Adam Smith lui-même nous donne des explications, comme une sorte de glossaire, sur des termes d’économie comme le mercantilisme, les notions d’import/export ou encore sur l’origine de la classe bourgeoise. Ces explications sont données au lecteur à la façon d’un cours. Nous nous prenons alors au jeu en tant qu’élève à l’université où enseignait le professeur Smith. Chacun de ces chapitres de vocabulaire est suivi d’un chapitre de récit reprenant les termes que nous venons d’apprendre.  Ces chapitres sont plus romancés et de ce fait beaucoup plus faciles à lire et à comprendre que ceux de pure théorie. Le contraste entre ces quelques pages de vocabulaire économique et la partie où nous pouvons suivre la vie du jeune Edwin Webster qui crée son usine de textile, est très intéressant car ce manga peut ainsi toucher un plus large public et les néophytes en économie prendront également plaisir à lire ce livre. Il est certain qu’il faut être bien concentré et bien s’accrocher au début pour retenir tous les termes d’économie mais ça en vaut le coup.

La partie récit de ce manga traite de l’économie au niveau du textile. Nous pouvons ainsi suivre Edwin, qui cherche un nouveau marché pour son usine de textile et les diversifications possible pour que son entreprise perdure. Le commerce sera son premier intérêt mais contrairement à ces prédécesseurs, il prendra également en compte l’avis d’un de ses ouvrier, Bill McGallahan, concernant l’avenir de la société et le bien-être des travailleurs. Les principes d’économie tournent ici autour d’un sujet qui touche l’ensemble des lecteurs car nous portons tous des vêtements et nous recherchons la meilleure qualité au prix le plus bas. Je trouve que le sujet est bien choisi car nous pouvons ainsi nous sentir concerné par le sujet.

Le manga est publié dans le sens de lecture occidental de gauche à droite. Cela rappelle ainsi l’origine de l’œuvre et de son auteur qui était écossais mais également le lieu qui a servi de terrain de réflexion à Smith pour son livre: l’Europe.

Le chara-design est tourné vers des personnages typés anglais, comme l’origine du roman. On peut remarquer, par le dessin, la différence de classe entre les personnages. Au premier regard, nous savons si nous avons affaire à un aristocrate ou à un paysan, aussi bien grâce aux vêtements qu’ils portent qu’au graphisme de leur visage. Nous pouvons ainsi reconnaître les ouvriers et les paysans qui ont les traits tirés et qui portent sur leur figure les traces du dur labeur de toute leur vie.

Les arrière-plans sont pour la majorité très épurés. Cela n’est pas dérangeant car d’un côté, il y a énormément de texte, ce qui prend une grande partie de la place et d’un autre côté le sujet traité étant assez compliqué et soutenu, l’attention du lecteur est porté entièrement sur le récit et les fonds passent alors inaperçus. Les arrière-plans non travaillés donnent plus de légèreté au manga ce qui est très agréable pour la lecture.

Notre critique de La Richesse des Nations

En conclusion, les passionnés d'économie et de manga seront ravis de trouver cette combinaison dans "De la richesse des nations". Cependant les néophytes, avec un peu de concentration et de patiente, seront également heureux de découvrir cette œuvre qui traite d'un sujet qui nous concerne tous.

Scénario80%
Dessin70%
Édition80%
Originalité69%
Mise en scène83%
Intérêt sur la durée60%
On a aimé
  • La partie théorique est expliquée en récit
  • Sujet du textile qui parle à tous
On a moins aimé
  • Beaucoup de vocabulaire économique
74%Note Finale

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.