S'enregistrer
Votre mot de passe vous sera envoyé.

Éditeur : Bandai Namco Entertainment
Développeur : Project Soul
Genre: Combat
Version Éditeur : PlayStation 4
Autre Supports: Xbox One, PC via Steam
Langue : Français
Classification : + 16 ans
Sortie en France: 19 octobre 2018
Taille d’origine: 10,31 Go
Prix Moyen : 69,99€

Acheter Site officiel

 

20 ans après la sortie du premier opus et 6 années après le dernier en date, la franchise SoulCalibur est de retour avec un 6ème épisode très attendu par les fans. Après un IV et un V plutôt en dessous de ce à quoi la série nous avait habituée, ce nouvel opus tend à gommer les imperfections d’autrefois pour nous replonger dans l’épopée  de Soul Edge et de Soul Calibur, les épées légendaires.

Retour aux sources

Plutôt que de nous conter une nouvelle histoire, le titre reprend la trame narrative des trois premiers épisodes, une forme de remastered en quelques sortes. Les vétérans de la série reviennent avec leurs tenues tirés des premiers épisodes et nous sommes repartis en 1584 pour redécouvrir la lutte entre les deux épées légendaires. Néophytes comme habitués de la série, cette remise à zéro est plus que bienvenue pour repartir sur des bases saines.

De quoi s’occuper un petit moment.

Du solo en conséquence

Pour ce faire, c’est au travers de 2 modes Histoires que le joueur va vivre cette aventure. Le premier, « Chronique de l’âme » prend la forme d’une chronologie où chaque combattant suit son propre chemin jusqu’à Soul Edge, moins linéaire qu’autrefois, vous pouvez choisir la période et le personnage qui vous intéresse. De plus, une trame principale, mettant en scène Kilik, Maxi et Xianghua fait office de fil conducteur où le trio cherchera à détruire Soul Edge, aux mains de Nightmare.

L’histoire du trio est agréable à suivre

Nécessitant plusieurs heures, ce mode est une bonne entrée en matière avant d’attaquer le second mode  » Balance des Âmes ». Se déroulant durant la même période que l’histoire de Kilik, vous incarnerez votre propre personnage dans sa quête de l’épée maudite. Non sans rappeler le mode Chroniques de l’Epée de SoulCalibur III, cette histoire prend également des allures de RPG stratégiques avec une montée en niveau, une world map truffée de pièges, des armes aux bonus divers et variés, des bonus et malus, etc.. Majoritairement raconté sous forme de visual novel, vous devrez également effectuer des choix symbolisé par une balance qui penchera vers le bon ou le mauvais karma en fonction de vos actions. Très addictif, ce mode occupe de très nombreuses heures en plus de proposer une certaine rejouabilité en effectuant d’autres choix moraux.

Le chemin est encore long avant la réussite

Avec des modes solo aussi conséquents, qu’en est-il du casting ? Et bien de prime abord avec seulement 21 personnages dont un disponible en DLC ( Tira ), il y a de quoi grimacer mais heureusement, les grands noms de la série sont présents avec Mitsurugi, Ivy, Taki, Cervantes, etc. Trois nouveaux personnages rejoignent également le combat avec Azwel, qui invoque plusieurs armes lors de ses attaques, Grøh qui combat avec une double lame qui peut se scinder en deux et si vous avez suivi le développement, c’est évidement Geralt de Riv, héros de The Witcher qui clôt le roaster. Ce dernier est parfaitement à l’aise avec son style de combat qui se mélange parfaitement à l’univers du jeu.

On reste un peu sur notre faim niveau casting.

Last but not less, la création de personnage est complète et avec un peu de talent et de l’imagination, il est possible de créer à peu près tout et n’importe quoi, idéal pour qui souhaite avoir un combattant unique.

Il y a du choix pour les plus indécis

Une fois les modes solo achevés, il est possible d’affronter l’IA en Arcade ou en Versus, de même qu’affronter un ami sur la même console ou de tester nos compétences face aux joueurs du monde entier. Enfin, un mode entraînement et un musée très complet permettent de peaufiner une durée de vie déjà conséquente.

Spectaculaire et jouissif

En termes de gameplay, ce SoulCalibur VI est à la fois spectaculaire, facile à prend en main mais exigeant à maîtriser. Les équipes de développements ont ainsi apporté leurs lots de nouveautés. Les Criticals Edge sont désormais plus simples à sortir puisqu’il suffit d’utiliser une gâchette pour les activer dès que la jauge d’âme est remplie, la Soul Charge est présente également, une sorte de boost temporaire qui épuisera la jauge mais octroie un bonus de puissance non négligeable durant un laps de temps en plus de modifier l’apparence et les Criticals Edge de certains personnages tout en ajoutant de nouveaux mouvements de « brise-garde ». Et ce ne sera pas de trop face à certains adversaires en garde contre vos attaques répétées. Heureusement, un adversaire trop défensif ne peut maintenir sa garde éternellement et si jamais vous parvenez à briser sa défense, il sera étourdi un court laps de temps, vous permettant de déchaîner toute votre puissance.

Les attaques dégagent une sensation de puissance brute

Toutefois, la réelle nouveauté de cet opus est le Revirement Edge qui apporte une dimension tactique très intéressante. Concrètement, en l’activant, un duel entre les deux combattants s’enclenche, le temps ralentit et les deux adversaires doivent choisir une touche avec le principe du pierre-feuille-ciseau. Si égalité il y a, un autre duel s’active mais toutefois, le joueur ayant initié le Revirement aura un avantage et en cas de second égalité, l’emportera automatiquement. Loin d’être anecdotique, cette joute peut donner lieu à des combo dévastateur en cas de victoire et surtout, n’est pas obligatoire.

Les Critical Edge sont toujours aussi jouissifs

Dans les faits, en préférant la garde ou en esquivant avec un pas de côté ou arrière, vous évitez de tenter le diable. Spectaculaire et stratégiquement intéressante, cette feature dynamise des affrontements déjà rapides et techniques, surtout avec la possibilité de réaliser un Impact Garde qui consiste à parer une attaque juste avant qu’elle ne porte, interrompant le combo ennemie et offrant une ouverture pour renverser la vapeur, mais attention puisqu’il est possible de contrer un Impact Garde juste après l’avoir subis. Bref, les affrontements demandent de la réactivité et une bonne analyse du jeu de votre ennemi et de sa rapidité.

Un peu moins beau qu’attendu

D’un point de vue réalisation, la série des Soul a toujours était l’occasion de proposer une claque graphique mais malheureusement, ce n’est pas le cas ici. Loin d’être vilain pour autant, le titre n’est pas à la hauteur de ce que l’on pouvait attendre sur ce point.

Les personnages sont tout de même très agréable à regarder

Certes, les personnages sont modélisés avec succès mais certains souffrent d’animations assez rigides parfois et en plus, une sorte de flou constant en arrière-plan est de mise dans chaque niveaux. Théoriquement, cela devait permettre de mieux faire ressortir les combattants mais en pratique, ce n’est pas une franche réussite, d’autant que les arrières-plans manquent de vie.

Dommage que les décors manquent de vie

Pour la partie sonore par contre, rien à redire, les voix, japonaises ou anglaises sont une réussite, de même que les musiques et les bruitages des armes.

Trailer

 

Notre critique de SoulCalibur VI
SoulCalibur VI est une réussite en soi. Avec son gameplay facile à prendre en main mais exigeant à maîtriser et proposant des affrontements dynamiques et épiques, on passe volontiers l'éponge sur sa réalisation un peu dépassée pour savourer pleinement l'ivresse du combat ! Un hit de l'année, sans hésiter.
Graphismes60%
Gameplay100%
Scénario80%
Ambiance sonore90%
Durée de vie100%
Difficulté50%
On a aimé :
  • Un gameplay efficace
  • Une remise à zéro de l'histoire
  • Deux modes solo complets
On a moins aimé :
  • Des maps qui manquent de vie et de folie
  • Moins beau qu'espéré
  • Casting assez mince
85%Spectaculaire et jouissif

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.