S'enregistrer
Votre mot de passe vous sera envoyé.

Action-RPG, Deep Silver, Koch Media, Playsation Vita, Playstation 4, Sega, Valkyria Revolution, Xbox One, Critique Jeux Vidéo, Jeux Vidéo,

Éditeur : Sega / Deep Silver
Développeur : Media.Vision
Genre: Action-RPG
Version Éditeur : PlayStation 4
Autre Supports: PlayStation Vita, Xbox One
Langue : Voix japonaises, textes anglais
Classification : + 16 ans
Sortie en France: 30 juin 2017
Taille d’origine: 17,53 Go
Prix Moyen : 39,99€

Acheter Site officiel

Portant sur ses épaules la lourde tâche de devoir marcher dans les pas de son grand-frère sorti il y a bientôt dix ans sur PlayStation 3 – avec deux suites sur PSP -, Valkyria Revolution a fait le pari de dynamiser son gameplay en mixant l’Action-RPG aux notions de Tactical-RPG de son aîné. Proposant une variante du célèbre moteur graphique Canvas des premiers jeux de la saga, que les développeurs ont appelé cette fois-ci Gouache, c’est un spin-off se passant plusieurs années avant le premier. Très attendu par les fans, nous allons voir s’il remplit sa part du marché.

 

Action-RPG, Deep Silver, Koch Media, Playsation Vita, Playstation 4, Sega, Valkyria Revolution, Xbox One, Critique Jeux Vidéo, Jeux Vidéo,
L’histoire de quelques minutes, on se croirait dans Valkyria Chronicles…
L’intrigue débute quand un étudiant décide de rédiger une thèse sur de tristement célèbres grands conspirateurs de l’histoire du Jutland, les cinq Traîtres. Il va pour cela à la rencontre de sa professeure, Richelle, qui s’avère être la descendante de la tutrice de la Princesse Ophelia, qui a vécu à la même époque que ces prétendus criminels. Il découvre alors que les cinq principaux concernés, Amleth Grønkjær, Basil Sabancci, Fritte Eriksen, Solomon Kahlenberg et Violette Szand, ont usé de leurs talents respectifs pour se venger de l’empire Ruzi en provoquant une guerre. Mais la domination de ce régime totalitaire sur la plupart des territoires de cette Europe fictive, ainsi qu’un blocus économique sur le Jutland, rendent ce conflit presque justifié et justifiable. Cette vendetta motivée par des desseins égoïstes pourraient très bien avoir des conséquences bénéfiques pour toutes ces contrées asservies depuis plus de dix ans par la mégalomanie de l’empereur et ses généraux…

 

Action-RPG, Deep Silver, Koch Media, Playsation Vita, Playstation 4, Sega, Valkyria Revolution, Xbox One, Critique Jeux Vidéo, Jeux Vidéo,
La Valkyrie dans toute sa splendeur.


Révolution “industrialo-magique”

 

L’une des forces de ce Valkyria Revolution, c’est son univers. Avec sa direction artistique et son cell-shading stylisé, ce monde qui mélange la révolution industrielle et la magie en agrémentant le tout d’un chara-design plutôt propre, ce jeu flatte plutôt efficacement l’œil. Mais attention, on déchante très vite lors des cinématiques – très bavardes – quand on se retrouve en face des visages de marbre inexpressifs des intervenants. Ajoutez à cela une bande-son oubliable et répétitive et des graphismes un peu en deçà de ce qu’on pourrait attendre en 2017 et les plus exigeants des joueurs auraient vite fait de tourner les talons pour jeter leur dévolu sur une production plus “ambitieuse”. Malgré tout ces défauts techniques et la personnalité assez vide de certains protagonistes, on arrive quand même à accorder suffisamment de crédit à l’intrigue pour justifier de continuer l’aventure. De plus, s’il ne révolutionne pas grand chose, la gameplay possède son lot de petits éléments sympathiques.

 

Action-RPG, Deep Silver, Koch Media, Playsation Vita, Playstation 4, Sega, Valkyria Revolution, Xbox One, Critique Jeux Vidéo, Jeux Vidéo,
Certains décors ont quand même de la gueule


Un peu de tactique…

 

Si le scénario est intéressant, il est vrai que certains dialogues – exclusivement sous-titrés en anglais – sont un peu longuets et dispensables. Cependant, plein de petits avantages qu’ils apportent du point de vue de la jouabilité redonne de l’intérêt à certains d’entre-eux. A l’instar des “saynètes” de la saga des Tales of, vous aurez l’occasion, en vous baladant dans la ville principale entre deux missions, de croiser des personnages en train de discuter. Ecouter leurs conversations vous permettra de débloquer des options de commandes que vous pourrez programmer dans le menu Tactics, pour définir les priorités des personnages dirigés par l’IA. Vous pourrez également débloquer et faire évoluer les passifs des différents protagonistes jouables en vous en servant suffisamment en combat pour déclencher de petites cinématiques à l’issue desquelles vous gagnerez ces “améliorations”. Par contre, prenez garde, on est très loin du niveau de personnalisation exemplaire que propose un Final Fantasy XII avec son système irréprochable de Gambits. L’intelligence des perso reste ici assez sommaire et ils vous mettront souvent en difficulté, si vous ne les « recadrez » pas de temps en temps.

 

Action-RPG, Deep Silver, Koch Media, Playsation Vita, Playstation 4, Sega, Valkyria Revolution, Xbox One, Critique Jeux Vidéo, Jeux Vidéo,
Ce n’est pas bien « d’écouter aux portes ! »

 

Gameplay hybride reprenant quelques éléments de Tactical des Chronicles, le jeu reste tout de même singulièrement tourné vers l’action. La notion de stratégie se résume à choisir les équipements, les magies et les techniques de la dizaine de personnages jouables. Leur choix est d’ailleurs lui aussi important puisqu’ils ont chacun leurs avantages et inconvénients. Même si vous en avez plusieurs pour la même classe parmi les quatre proposées, Shock, Scout, Sapper et Shield, leurs statistiques ne sont pas les mêmes et leurs spécialités également. Il faut savoir que mise à part Amleth et Ophelia, qui sont au centre de l’intrigue, les autres héros peuvent mourir définitivement. Mais rassurez-vous, puisque sur une partie d’une quarantaine d’heures pour la quête principale, nous n’avons perdu aucun des membres de l’unité. La faute à une difficulté pas vraiment au rendez-vous…. Sauf peut-être l’avant dernier boss qui est injustement plus frustrant que tous les autres. Leveling, arbres d’évolution et optimisation de l’armement et des équipements de protection, tout le reste demeure assez classique.

 

Action-RPG, Deep Silver, Koch Media, Playsation Vita, Playstation 4, Sega, Valkyria Revolution, Xbox One, Critique Jeux Vidéo, Jeux Vidéo,
Une petite photo de famille.

 

Mais surtout de la baston !

 

Pour les combats, plus de tour par tour stratégique, vous vous déplacez librement sur la carte en frappant à la volée vos adversaires en attendant que se recharge votre jauge d’action entre chaque attaque. Pour lancer un sort ou utiliser une arme, vous ouvrez un menu radial qui arrête le temps pour que vous puissiez choisir à loisir de ce que vous voulez faire. Quelques commandes sommaires, la possibilité de prendre le contrôle de n’importe lequel des quatre combattants de votre unité et le tour est joué. Si vous cherchez de la variété, passez votre chemin. En prétextant le désamorçage de bombes, la défense de position ou encore l’attaque d’un endroit contrôlé par l’empire, les batailles annexes comme celles de scénario se résument à violenter des vagues de soldats adverses en attendant que des ennemis plus gros viennent réclamer leur part du gâteau. La seule originalité, c’est le fait de devoir tout faire pour finir le tableau avant la tombée de la nuit sous peine de voir débarquer l’arme secrète de vos ennemis, la puissante et terrifiante Valkyrie. Une tension permanente plutôt palpable, surtout quand les premières notes de la chanson annonçant son arrivée commencent à résonner. Une gameplay, mine de rien, plus basique et binaire qui ne plaira pas à tout le monde. Pour résumer, durant les combats, le tout reste suffisamment correct pour un Action-RPG, mais assez pauvre et faible du point de vue stratégique.

 

Action-RPG, Deep Silver, Koch Media, Playsation Vita, Playstation 4, Sega, Valkyria Revolution, Xbox One, Critique Jeux Vidéo, Jeux Vidéo,
Take that, bi*** !

 

Trailer

Notre critique de Valkyria Revolution
Valkyria Revolution est loin d’égaler la superbe de la saga Chronicles et ne répond pas vraiment aux attentes de cette génération. Mais malgré tout ça, il demeure suffisamment sympathique au niveau de son intrigue, de sa direction artistique et de son gameplay pour qu’on puisse lui accorder sa chance. Loin d’être une révolution, c’est un divertissement efficace qui ne fera malheureusement pas l'unanimité, surtout auprès des fans de la première heure.
Graphismes65%
Gameplay65%
Scénario85%
Ambiance sonore35%
Durée de vie70%
Difficulté65%
On a aimé :
  • La direction artistique
  • L'intrigue
  • Les combats
On a moins aimé :
  • Intégralement en anglais
  • Répétitif
  • Des lacunes tactiques
60%Divertissant

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.