S'enregistrer
Votre mot de passe vous sera envoyé.

Dessinateur : Hiyama Daisuke
Scénariste : Murata Shinya
Éditeur : Delcourt/Tonkam
Collection : Young
Genre : Seinen
Public : + 16 ans
Contenu : 192 pages
Sortie : 7 novembre 2018
Prix : 7,99€
Statut de la série : Terminée en 3 tomes

Acheter Site officiel

Résumé

« Dans la ville sainte de Sevolle, l’église Catholite pratique encore régulièrement la chasse aux sorcières. Les exécutions sont devenues une distraction pour les habitants mais aussi un moyen pour ces derniers de montrer leur dévotion et leur loyauté envers l’Eglise. Cependant, il se trouve que l’instigateur de cette chasse aux sorcières ne serait nul autre que le diable en personne… Quelle fin connaîtront ces jeunes filles torturées et accusées de sorcellerie? »

Critique

A la lecture du résumé, le lecteur pourrait s’imaginer plonger de plein pied dans une page sombre de l’histoire mais l’illustration de la couverture et les mots volontairement modifiés par les auteurs,par exemple, catholique devient catholite, montrent leur volonté de raconter une histoire inspirée par l’inquisition mais qui n’est pas l’inquisition. Amateurs d’Histoire pure et dure, passez votre chemin.

Les auteurs mettent en scène une société de type médiévale située dans le sud de l’Europe, le royaume de Spagne faisant clairement référence à l’Espagne. Les similitudes s’arrêtent là. Entre des montures qui ne sont pas des chevaux et des envoyées de l’Eglise qui se promènent à moitié nues, il y a de quoi décontenancer le lecteur. Et c’est là que les auteurs se fourvoient. Quand on lit le résumé de l’histoire, le lecteur peut s’attendre à un récit plus historique, ce qui n’est pas du tout le cas ici. Cela se remarque fort aussi au niveau des décors et des costumes des différents personnages que l’on peut apercevoir dans les arrière-plans. Si les auteurs se sont très bien renseignés sur les diverses techniques de torture européennes, ils ont été moins regardant sur le reste de leur documentation.

L’histoire met en scène un groupe de sorcières qui travaillent pour l’Eglise, institution qui les au préalablement torturées. Jusque là, rien de bien novateur. Ce qui l’est un peu plus est sur le choix esthétique du dessinateur. Dessiner des jeunes filles en train de se faire torturer, la plupart du temps nues, et qui ont l’apparence d’enfants prépubères peut choquer. Il faut néanmoins souligner qu’en dehors de ces scènes, les personnages sont attachants et dévoilent petit à petit leurs côtés sombres et moins sombres. Il est juste dommage que les auteurs s’attardent autant sur le caractère vicieux et ouvertement sadique de l’homme à créer des engins de torture.

Le dessin est beau et l’histoire bien rythmée. Il y a de bonnes idées scénaristiques et le lecteur à quand même envie de connaître la suite.

Pour finir, l’on peut dire que c’est une série qui contient des éléments qui peuvent choquer même si les auteurs mettent en scène des personnages attachants. Il faut avoir un certain recul pour la lire et surtout ne pas la mettre entre toutes les mains.

Notre critique du tome 1 de Iron Hammer Against the Witch
La revanche des sorcières débute maintenant.
Scénario85%
Dessin80%
Edition85%
Originalité70%
Mise en scène80%
Intérêt sur la durée70%
On a aimé
  • Le trio d'inquisitrices
On a moins aimé
  • L'apparence trop juvénile des personnages
  • La mise en avant des techniques de tortures
  • La violence gratuite
78%Note Finale

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.