S'enregistrer
Votre mot de passe vous sera envoyé.
Dessinateur : Unohana
Scénariste : Unohana
Éditeur : Boy’s Love IDP
Collection : Hana Collection
Genre : Yaoi
Public : + 16 ans
Contenu : 224 pages
Sortie : 7 mai 2019
Prix : 7,95€
Statut de la série : En cours de publication

Acheter Site officiel

Résumé

« Après trois mois d’absence, Shiina retourne auprès d’Arata, rédacteur d’un magazine de musique. Guitariste de génie, Shiina a pourtant quitté la scène musicale japonaise. Très indépendant, il enchaîne les va-et-vient au Japon, laissant à chaque fois Arata, son amant de longue date, derrière lui. Bien que quelque peu lassé de ses caprices de star, Arata ne peut résister aux charmes de son bien-aimé et finit dans ses bras à chaque fois qu’ils se retrouvent… »

Notre critique

Le nouveau manga de Unohana, cette fois sur le thème de la musique, nous fait découvrir l’histoire quelque peu mouvementée d’un couple pas comme les autres. Arata, ancien guitariste, a quitté la scène par manque de talent pour devenir rédacteur d’un magazine de musique. Shiina, lui, est un guitariste de génie qui vit au gré de ses envies. Tous deux semblent mener une vie de couple dictée par les lubies de Shiina, qui part parfois plusieurs mois et revient quand ça lui chante pour « recharger ses batteries » auprès de son amant.

Ce jaguar capricieux qu’incarne Shiina apparaît immédiatement comme au centre de toute l’attention. Son talent inné pour la musique et sa personnalité rayonnante attirent inexorablement Arata et ses amis musiciens, anciens membre d’un groupe dont Shiina était le guitariste et qui regrettent l’époque où ils jouaient avec lui. Et tandis que, sur un coup de tête de Shiina, ils envisagent de revenir sur la scène japonaise, Arata s’interroge sur sa vie et sur sa relation avec celui qu’il traitre de « gros chat capricieux ».

On est alors embarqués dans un retour en arrière sur la jeunesse de nos deux protagonistes et le début de leur relation, ce qui occupera la majeure partie de ce premier volume. On découvre alors que c’est Arata qui a donné à Shiina le goût de la musique, à lui qui n’était pas du tout intéressé à la base. Mais lorsque le jeune Shiina décide de se mettre lui aussi à la guitare, inspiré par Arata, les choses vont prendre une tournure inattendue. Shiina se révèle très vite comme un véritable génie dans le domaine, capable de reproduire n’importe quelle musique sans effort et dépassant rapidement le niveau d’Arata, pourtant très sérieux et impliqué.

Dès le départ, on comprend donc que la relation entre Arata et Shiina sera bien particulière. Ce sont en effet des sentiments très forts et opposés qu’éprouve Arata pour l’autre jeune homme. D’un côté, il l’admire en tant que musicien et est incroyablement attiré non seulement par son talent, mais aussi par son être tout entier. De l’autre, il est profondément jaloux de son talent qu’il sait qu’il ne pourra jamais posséder malgré tous ses efforts. Ces sentiments contradictoires s’étendent aussi à leur vie des années plus tard ; Arata en veut à Shiina de faire si peu de cas de leur couple et de partir dès que ça lui chante sans se préoccuper de ses sentiments, mais en même temps, il admire ce côté libre et sauvage chez lui.

Si Shiina, pour sa part, clame haut et fort son amour pour Arata, il n’en reste pas moins un personnage assez difficile à cerner. C’est un jeune homme à la manière de penser très simple et directe : lorsqu’il veut quelque chose, il essaye de l’obtenir, peu importe ce que penseront les gens autour de lui. Mais il suffit qu’il ait une guitare entre les mains pour perdre totalement son attitude enfantine et se changer en une véritable bête sauvage. L’analogie du jaguar est très présente ici : tel un félin, il vit selon ses envies, tantôt câlin et paresseux, tantôt impétueux et farouche, il est totalement libre et impossible à enchaîner.

Visuellement on trouve peu de choses à reprocher au manga ; le style de l’auteure est agréable à l’œil et met bien en avant les émotions de ses personnages, tandis que la mise en page retranscrit bien l’impétuosité de Shiina lorsqu’il joue de la guitare ou au contraire son côté enfantin le reste du temps.

Notre critique du tome 1 de Les caprices du Jaguar

Scénario75%
Dessin80%
Edition90%
Originalité70%
Mise en scène80%
Intérêt sur la durée75%
On a aimé
  • La complexité des personnages
  • Le style de dessin de Unohana
  • Un scénario qui promet
On a moins aimé
  • Néant
80%Note Finale

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.