S'enregistrer
Votre mot de passe vous sera envoyé.

Dessinateur : Mao Nanami
Scénariste : Mao Nanami
Éditeur : Pika Édition
Collection : Shojo
Genre : Romance
Public : + 12 ans
Contenu : 164 pages
Sortie : 3 octobre 2018
Prix : 6,95€
Statut de la série : Terminée en 12 tomes

Acheter Site Officiel

Résumé

Hikari Tsutsui est un geek/otaku et pour cela les filles se moquent souvent de lui. Alors qu’il arrive en retard au lycée, il se fait punir avec la fille la plus sophistiquée de l’école, Iroha Igarashi qui a la réputation de ne penser qu’aux garçons et à se maquiller. Tout ce que Tsutsui déteste. Mais alors qu’une ancienne camarade de classe se moque de lui, Igarashi vient en aide au lycéen, ce qui le surprend beaucoup. Et de retour à l’école, il la trouve en compagnie de deux garçons qui semblent se battre pour elle alors qu’elle ne veut être avec aucun des deux. C’est donc au tour de Tsutsui de lui venir en aide, quitte à finir couvert de blessures. Le jeune homme commence à voir la lycéenne d’un autre œil quand celle-ci lui demande de sortir avec elle. Tsutsui refuse immédiatement, pensant à une mauvaise blague. Alors qu’il fait une course pour sa mère, Tsutsui voit Igarashi en pleure devant l’hôpital. Il décide alors de la suivre et il lui vient une nouvelle fois en aide dans une librairie où on accuse la jeune fille de vol. Igarashi est heureuse de l’aide du lycéen et elle lui avoue que sa demande pour qu’ils sortent ensemble était sincère. Tsutsui est lui aussi très heureux de ce rapprochement et quand Igarashi l’embrasse, le lycéen lui rend son baiser et lui demande à son tour d’être sa petite amie. Igarashi, heureuse, accepte mais lui annonce qu’elle changera d’école dans 6 mois et que, comme leur relation sera courte, il faut qu’ils en profitent à fond. Mais c’est la 1ère fois que le lycéen est amoureux et il ne sait pas vraiment comment se comporter. Tsutsui voit alors Igarashi se promener avec un autre garçon et de nouveau ses peurs reviennent mais ce bel homme à ses côtés n’est autre que son médecin. La lycéenne avoue alors qu’elle a une grave maladie … ou pas. Entre vérité et mensonge, Tsutsui ne s’y retrouve pas mais une chose est sûre pour lui, il aime Igarashi et veut rester plus de 6 mois avec elle.

Notre critique

Real Girl est un manga qui a été publié en 2011 et qui vient d’être réédité en 2017. Que les lecteurs de la première heure se rassurent l’histoire est exactement la même que la version précédente, donc si vous avez manqué la réédition pas de panique. Les nouveaux lecteurs se feront quant à eux une joie de découvrir ce shojo tout mignon.

Dans Real Girl, nous pouvons retrouver une histoire classique de shojo où les deux protagonistes ne s’apprécient pas au début et qui finissent rapidement par sortir ensemble. Cependant alors que l’on a l’habitude de côtoyer des lycéens de 15-16 ans, Igarashi et Tsutsui ont ici 18 ans. A cet âge, dans les shojo, les lycéens ont déjà eu un ou deux amours, mais ce n’est pas le cas de Tsutsui qui, de part sa nature otaku, n’a jamais eu de petite amie. Même si il dit ne pas être intéressé, l’adolescence faisant, il ne peut pas rester de marbre quand la jeune Igarashi lui porte de l’attention. Nous allons donc découvrir avec lui les joies et les peurs d’un premier amour naissant car contrairement à un shojo classique, c’est l’amour du point de vue du héro et non pas de l’héroïne que nous découvrons.

Le couple s’étant formé assez rapidement, on passe très vite à la connaissance plus approfondie des personnages. Nous découvrons ainsi le secret d’Igarashi qui semble cacher une maladie grave. Il est difficile de savoir ce qu’il en est réellement, vu les nombreux mensonges de la jeune fille qui ne paraît pas prête à se dévoiler à son nouveau petit ami. Un certain mystère plane alors sur cette maladie qui prendra certainement une plus grande place dans la suite des tomes et qui est probablement à l’origine de la date des 6 mois seulement que les amoureux pourront être ensemble. Ce 1er tome se concentre donc plus sur Tsutsui et nous découvrons sa famille, ce qu’il fait avec Itô, son ami, en-dehors des cours, ses passions, … On ne peut qu’espérer que les prochains volumes nous apprennent plus sur Igarashi, sa famille et sa vie en général.

Le thème de l’exclusion sociale est brièvement survolé dans ce 1er tome. D’un côté, il y a Tsutsui qui est un geek/otaku et qui est rejeté depuis toujours par les autres à cause de cela. Il n’a qu’un seul ami, Itô, qui lui aussi est un otaku mais il n’apparait que de temps en temps quand Tsutsui a besoin d’un conseil. D’un autre côté, il y a Igarashi qui est très populaire mais qui a une mauvaise réputation car elle sèche régulièrement les cours et on dit d’elle qu’elle sort avec plusieurs garçons. Cependant, Tsutsui la croise souvent seule en dehors de l’école et la lycéenne déclare même ne pas avoir d’amis. A travers son manga, Mao Nanami veut nous faire savoir que quelle que soit la catégorie où les gens nous classent, qu’on soit populaire ou non, personne n’est à l’abri de la solitude.

Le chara-design est assez simple mais reflète parfaitement la personnalité des personnages. Tsutsui est un geek type des mangas: une coupe de cheveux négligée, de grosses lunettes et le dos un peu vouté. Un adolescent très négligé qui n’a que faire de son apparence. Et avec lui, Igarashi a tout de l’héroïne shojo classique: mignonne, bien habillée, maquillée comme il faut, avec de grands yeux très expressifs. Au niveau des personnages secondaires, il n’y en a pas beaucoup mais deux personnes ressortent tout de même du lot. Itô, l’ami de Tsutsui qui a un style bien à lui, affichant clairement que c’est un otaku, en portant des oreilles de chat à longueur de journée. Le deuxième personnage, c’est le médecin d’Igarashi qui semble avoir le même âge que les lycéens. C’est un peu perturbant de ne pas voir de différence d’âge d’un point de vue du chara-design car si il a fait des études de médecine, il doit forcément être plus âgé. Mais le beau et jeune médecin pourrait offrir un rival en amour à Tsutsui et cette différence aurait pu être dérangeante dans les dessins. A voir dans les prochains tomes.

Les arrière-plans sont tous très épurés, ce qui est classique dans le shojo manga. Il y a de nombreux gros plans sur les personnages et principalement sur leur visage, ce qui transmet à merveille leurs émotions mais ces plans rapprochés laissent donc peu de place à un arrière-plan. Certaines bulles ou cases de dialogue ont une forme d’explosion ou des lignes de vitesse, montrant ainsi l’intonation du dialogue, ce qui est véritablement une aide à la lecture, permettant au lecteur de se mettre dans l’ambiance d’une scène avec un effet sonore.

Trailer

En 2018, le manga a eu la chance d’être adapté en anime et en live action. Une 2ème saison pour l’anime est prévue pour janvier 2018.

Notre critique du tome 1 de Real Girl

En conclusion, ce 1er tome de Real Girl a un rythme assez rapide avec un début de romance dès le 1er chapitre et une mise en couple dès le 2ème. En même temps, les lycéens n'ont que 6 mois pour être ensemble et donc tout doit aller très vite. Igarashi cache beaucoup de choses à Tsutsui qui ne s'y retrouve plus entre les mensonges de la jeune fille et la vérité. Mais pour le moment, tout ce qui compte pour lui c'est de rendre heureuse la lycéenne qui a su faire fondre son cœur.

Scénario84%
Dessin75%
Édition84%
Originalité76%
Mise en scène79%
Intérêt sur la durée84%
On a aimé
  • Thème exclusion social
  • Mystère
  • Amour
On a moins aimé
  • Chara-design simple
  • Rythme rapide
80%Note Finale

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.