S'enregistrer
Votre mot de passe vous sera envoyé.
Dessinateur : Koutarou Yamada / Chara-design : Abec
Scénariste : Reki Kawahara
Editeur : Ototo
Collection : shonen
Genre : Fantastique, baston, drame
Public : tout public
Site officiel : non
Sortie : 26 avril 2019
Prix : 6,99
Statut de la série au Japon : en cours, adaptée en anime, en JV, original en LN

Acheter Site officiel

Résumé

« Kirito tombe dans le coma après s’être fait agresser par Johnny Black, un des coupables de l’affaire Death Gun, qui le blesse avec une seringue remplie d’un puissant poison. Lorsqu’il rouvre enfin les yeux, il se réveille dans l’Underworld, un monde virtuel extrêmement proche de la réalité, projeté par une machine futuriste nommée Soul Translator, qu’il a récemment testée.
Il y rencontre Eugeo, un jeune garçon traumatisé par l’enlèvement de son amie d’enfance Alice, et dont la Tâche Sacrée est de trancher le tronc de l’arbre géant Gigas Cedar. »

Notre critique

Dans ce tome 2, on oscille entre narration un peu standardisée et entrée dans une ère de complots… Une grande première partie nous met dans les pas de Kirito, inconscient de son état réel et rapidement adapté au monde de l’Underworld. Quelque peu amnésique, notre habitué des mondes virtuels ne tarde pas à se faire adopter par Eugeo et ses proches. Kirito ne se souvient pas de sa première immersion dans l’Underworld et on ne parvient pas à déterminer si Eugeo se souvient de l’avoir rencontré, avoir passé du temps avec lui ou même avoir tous deux nourri une grande affection pour la disparue qui hante le cœur d’Eugeo : Alice. Il semblerait qu’aucun des deux jeunes hommes n’ait souvenir de ce passé commun, après tout, nous sommes dans un monde virtuel mais qui sait…
Plus les « jours » passent et plus Kirito, qui comprend rapidement qu’il n’est pas dans la réalité ni un rêve, constate que certaines règles inhérentes aux mondes virtuels sont (ou non) respectées. Pourtant, la force des croyances et des sentiments de ceux qu’il rencontre l’étonnent : sont-ils vraiment de simples PNJ ? Il peine à le croire et envisage pas mal d’explications. Explorant cet univers avec sa passion habituelle, Kirito se lie d’une forte amitié avec Eugeo et Selka, la petite sœur d’Alice. Il en apprend plus sur eux deux, sur le poids que la disparition d’Alice a fait peser sur leurs « vies ». En secret, il tente d’analyser toutes les informations collectées sans comprendre certains éléments clés : pourquoi ne peut-il pas se déconnecter, quel est le véritable décalage entre le déroulement du temps dans ce monde et la réalité, dans quel but l’Underworld a-t-il été créé, pourquoi le prénom d’Alice évoque tant de nostalgie en lui, quels sont les risques réels pour son mental et sa conscience s’il demeure dans ce monde trop longtemps..? Sans interlocuteur avec qui partager ses doutes, Kirito décide qu’il doit se rendre à la capitale afin d’obtenir des réponses. Mais avant cela, il doit aider Eugeo qu’il l’a accueilli sans condition. La mission sacrée du jeune homme est de participer à l’abattage d’un cèdre sacré qui n’a jamais été mis à terre malgré la succession de générations s’étant acharnées sur son tronc. Le Gigas Cedar est un arbre démoniaque qui empêche le village d’étendre ses terres cultivables et Eugeo doit donner toute sa vie dans sa tentative de l’abattre avec des outils malaisés et peu performants, le tronc étant presque indestructible.
Fort de ses connaissances des mondes virtuels, Kirito donne de ses muscles et de son aisance à manier des armes, surtout lorsqu’Eugeo lui présente une épée divine. Eugeo la gardait cachée dans l’espoir de s’en servir un jour pour aller délivrer Alice. Hélas, son poids est tel que Kirito doit se rendre à l’évidence : ni Eugeo ni lui ne sont en mesure d’utiliser cette arme. Du moins pour l’instant…
Si l’enlèvement d’Alice a traumatisé Eugeo, il en est de même pour Selka qui s’en confie à Kirito. Maladroit, ce dernier passe outre le tabou en vigueur et lui raconte ce qui est réellement arrivé à Alice. Bien mal lui en prend car Selka va alors se mettre en grand danger. Kirito et Eugeo vont devoir tout donner pour la sauver face à une horde de gobelins et à la perspective d’une nouvelle transgression interdite lourdement punie… Un combat inégal s’engage !
Nous quittons ensuite Kirito pour retrouver une Asuna très inquiète. Kirito a manqué de mourir deux fois depuis son agression, son cœur ayant été très atteint et son cerveau probablement endommagé. Il a été secrètement, et sans le consentement de sa famille, transféré dans un service de neurochirurgie avant d’en disparaître. Déterminée à retrouver son amoureux, Asuna a fait appel à ses amies, Suguha, Sinon et la petite Yui en tête. Leurs déductions et découvertes sont ahurissantes : Kirito serait tombé entre les mains de RATH, la compagnie ayant récemment demandé à Kirito de tester la machine Soul Transalator, créatrice de l’Underworld ! Mais pourquoi et comment le sortir de là ? A suivre !
Plutôt équilibré, ce tome 2 est un peu conventionnel pour un shonen et surtout pour un opus de la saga SAO mais on se laisse guider avec plaisir entre le connu et les éléments d’un récit qui tente de se renouveler.
Niveau graphisme, le sans faute est de mise, avec un chara-design respectant les codes de la saga, une mise en scène dynamique, une énergie prenante dans le traitement du combat désespéré contre les gobelins qui sont horrifiques et laids à souhait, contrastant agréablement avec la quiétude des paysages extérieurs présentés dans le premier tiers du tome.

Notre critique du tome 1 de Sword Art Online Project Alicization
Plongé dans le coma, Kirito se retrouve dans l'Underworld, sans se souvenir avoir déjà rencontré Eugeo et Alice...
Scénario80%
Dessin85%
Edition90%
Originalité80%
Mise en scène85%
Intérêt sur la durée75%
On a aimé :
  • Narration équilibrée
  • Retrouver nos héros favoris de la saga
  • Dessin dynamique
On a moins aimé :
  • Rythme ralenti
  • On ne sait pas très bien où on va...
80%Note Finale

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.