S'enregistrer
Votre mot de passe vous sera envoyé.
Dessinateur : Di Nianmiao
Scénariste : Di Nianmiao
Éditeur : Ototo
Collection : Shonen
Genre : Fantastique
Public : Tout public
Contenu : 176 pages
Sortie : 12 avril 2019
Prix : 6,99€
Statut de la série : En cours de publication

Acheter Site officiel

Résumé

« Il y a 35 ans, un nouveau continent est apparu brusquement en plein Pacifique. Nommé Magmell, il regorgeait de paysages inconnus, de ressources minérales et précieuses extraordinaires, de nouvelles espèces végétales et animales surprenantes. Des explorateurs vinrent de tous les pays du monde pour s’y aventurer en quête de richesse, de sensations fortes. Mais une part infime d’entre eux en est revenue vivante. Parmi ceux qui viennent régulièrement à leur secours, on trouve les Glaneurs. Mais seul un duo fait référence avec un taux de sauvetages réussis dépassant de loin celui des autres : Yin Yô et son assistante Zero. Alors que son père a disparu sur Magmell, Emilia, vient demander de l’aide à ce petit bonhomme nonchalant qui la reçoit en pyjama et bonnet de nuit… Ce guignol serait-il vraiment le sauveteur tant vanté ? »

Notre critique

Né de l’imagination d’un artiste chinois, Ultramarine Magmell présente tous les atouts d’un bon shonen. Inspiré par ses idoles Yoshihiro Togashi (Hunter X Hunter, Yuyu Hakusho) ou encore Eiichiro Oda (One Piece), Di Nianmiao affirme haut et fort sa passion pour le manga de baston humoristique à tendance fantastique. Dès les premières pages, qui nous immergent rapidement dans l’univers de Ultramarine Magmell sans s’appesantir sur les détails, on est frappé par la vivacité du propos : dans ce monde fantastique les dangers sont nombreux, terribles, mais un héros totalement barré semble forgé pour s’y balader sans dommage. Les aventuriers trop sûrs d’eux passent à l’évidence leur temps à mourir quand ils ne représentent pas le gagne-pain de Yin Yô. Possédant une connaissance un rien encyclopédique de Magmell, accompagné de sa lolita d’assistante qui ne le quitte pas d’une semelle par le biais d’un robot qui fait la liaison, Yin Yô intervient au secours de qui le demande. Malin, justicier dans l’âme, arnaqueur à ses heures, gros dormeur, ce héros reste un mystère mais quelques éléments se révèlent peu à peu dans ce premier tome. Il aime manger, dormir, Zero, aider les gens, mais il cache beaucoup de choses. Maîtrisant sa narration Di Nianmiao présente progressivement les qualités de son héros. On découvre ainsi avec bonheur que Yin Yô est très rapide, très fort mais surtout un Matérialiseur, sorte de personnage mythique de Magmell qui peut créer tout ce qu’il souhaite de ses mains, selon ses besoins : armes, outils, bouclier. Zero l’est également mais elle craint Magmell et préfère l’explorer via son robot tout en sachant que si Yin Yô doit un jour affronter la « zone intérieure », elle devra vaincre ses peurs pour le suivre. Un filet de dialogue évoque même un lien entre les Matérialiseurs et le continent même de Magmell qui est sorti de nulle part. Chaque chapitre propose une expédition de sauvetage différente mais permet de mettre en place les bases du récit qui promet d’être aussi addictif que le sont tous les shonen qui ont fait la popularité du Jump, lequel publie aujourd’hui Ultramarine Magmell. Les dernières pages exposent un groupe de gens un rien suspect ainsi qu’un phénomène bouleversant qui pourraient bien entraîner Yin Yô dans un rude combat.

Le dessin surprend un peu par son aspect atypique. L’artiste est chinois, il intègre les codes graphiques du genre mais certains éléments rappellent sa formation initiale, notamment les paysages de Magmell, les animaux et la végétation. Le contraste avec le chara-design est amusant tant celui-ci s’attache aux codes nippons du manga shonen et que certains personnages semblent inspirés par le old school (Emilia ou encore Kerekes). Pourtant, l’association fonctionne bien grâce à une mise en cases dynamique qui colle à la narration.

Entre humour dévastateur, action explosive et univers mystérieux empli de dangers multiples, Ultramarine Magmell présente tous les bons ingrédients d’un shonen addictif comme on les aime.

Notre critique du tome 1 de Ultramarine Magmell

Magmell, continent sorti de nulle part, attire tous les aventuriers. Beaucoup meurent, les autres sont sauvés par les Glaneurs...

Scénario85%
Dessin84%
Edition80%
Originalité86%
Mise en scène85%
Intérêt sur la durée88%
On a aimé :
  • Univers attrayant et mystérieux
  • Narration rapide et prenante
  • Personnages sympathiques
On a moins aimé :
  • Néant
90%Note Finale

A propos de l'auteur

Rédactrice manga de Nipponzilla. Dévoreuse manga, BD et livres en tous genre, bavarde absolue, elle s’attaque à tout ce qui ressemble de près ou de loin à un bon titre et qu’importe les déceptions, elle s’acharne pour vous dénicher des perles.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.