S'enregistrer
Votre mot de passe vous sera envoyé.

Dessinateur : Asada Yukai
Scénariste : Asada Yukai
Éditeur : Delcourt/Tonkam
Collection : Seinen
Genre : Suspense/thriller
Public : + de 14 ans
Contenu : 192 pages
Sortie : 15 mai 2019
Prix : 7,99€
Statut de la série : Série terminée en 5 tomes

Acheter Site officiel

Résumé

Vespa est un jeune homme sans le sous. Afin de gagner une certaine somme d’argent rapidement, il accepte un petit job : faire un transfert de marchandises. Hélas, tout ne se passe pas comme prévu car Vespa répugne à transporter la dite marchandise : des esclaves. Il libère les jeunes femmes mais se fait rattraper par des membres de la Société Farm, qui fait la loi à Tokyo. Pour payer sa dette contractée à cette société, il est vendu comme esclave, à son tour. C’est Ice Pig, hacker de très haut niveau, qui le rachète. Ice Pig a été victime de Farm par le passé et ne souhaite qu’une seule chose : anéantir cette société. Ensemble, Ice Pig et Vespa vont s’attaquer à la fameuse organisation.

Notre critique

Ice Pig, célèbre hacker dont nul n’a vu le visage auparavant, est au centre de ce manga, aux côté de Vespa et de la Société Farm. La rumeur dit que son nom vient du fait que c’est un geek obèse qui se gave tout le temps de glaces. Et pourtant, Ice Pig est en réalité une jeune lycéenne. Son nom, Pig, elle le tire de la marque apposée au tison incandescent par son ancienne propriétaire, lorsqu’elle était enfant. Quand à Ice, les rumeurs ont toujours un fond de vérité : elle ne se nourrit que de glaces. Afin de lutter contre la Société Farm et de se venger, elle achète Vespa, lors de sa mise aux enchères.

Vespa, lui, est un nerd, accro à un jeu virtuel d’idoles. Orphelin, il a à peine de quoi vivre, mais cela ne l’empêche nullement de dépenser ses maigres revenus pour ce jeu. Même en vivant au jour le jour, il nous apparaît comme quelqu’un de déterminé et possédant une conscience. Une fois de plus à court d’argent, il accepte un petit boulot bien payé, contre l’avis de ses amis. Ce sera le début de ses ennuis, car il refuse de transporter des jeunes filles vers leur destin d’esclaves sexuelles et les libère. Pour rembourser les pertes de Farm, il est vendu comme esclave à son tour. Ice Pig est son acheteuse, et tous les deux ont un rapport maître-esclave dont le charisme de chacun permet de créer un duo des plus complémentaires.

Enfin, la Société Farm concentre sur elle toutes les légendes urbaines : enlèvements, prostitutions, traite d’esclaves, trafics d’organes. Elle fait la loi à Tokyo et ne semble pas être inquiétée par la justice. Son chef est même particulièrement effrayant : comment ne pas penser à l’œuvre du maître du genre, Stephen King, et son horrifique clown.

Ce que l’on peut constater, c’est que cette série est effrayante , car elle nous décrit une face sombre de l’être humain, et aussi, elle est également le reflet caché de notre société : qui n’a jamais entendu parler de trafic d’êtres humains et d’organes? Et il y a le pouvoir de l’argent, qui corrompt les êtres humains, peu importe leurs classes sociales, et qui les conduit à collaborer à toutes sortes de trafics, sans vraiment en avoir de remords. Les forces de l’ordre ont une minuscule place, ce qui nous fait ressentir toute l’incompétence de la justice à enrayer de telles problématiques.

Le trait de l’auteur est clair, précis et assez actuel. Le chara-design des personnages est agréable à regarder, et il n’y a pas de surcharge de trames, même si il y en a quand même pas mal. Certaines pages nous paraissent fort sombres, mais au vu des thèmes abordés, cela met le lecteur encore plus dans l’ambiance de cette histoire. La jaquette nous présente Ice Pig telle qu’elle est vraiment : une jeune lycéenne déterminée, qui a beaucoup souffert, mais qui ne lâchera pas son objectif de vue. Le tout dans des couleurs assez froides, comme la glace qu’elle porte à ses lèvres. Au dos de la jaquette, un dessin de Vespa, menotté, nous le montre privé de liberté, mais son regard est plein de feu. A ses côtés, une case apparaît en transparence : la tête pensante de Farm.

Notre critique du tome 1 Ice Pig

En conclusion, une série à ne pas mettre entre toutes les mains. A réserver à ceux qui aime ce genre de lecture, qui traite de tout ce que l'homme à de plus abject en lui. Âmes sensibles, passez votre chemin!

Scénario80%
Dessin80%
Edition80%
Originalité85%
Mise en scène80%
Intérêt sur la durée80%
On a aimé
  • Le scénario très actuel et bien rythmé
On a moins aimé
  • Parfois trop de détails gores...
80%Note Finale

A propos de l'auteur

De la génération Club Dorothee, élevée avec Saint Seya, Cobra et City Hunter, Saya, qui a un gros faible pour les shojo et les josei, adore faire de nouvelles découvertes. Le manga est une passion qu'elle n'hésite pas à transmettre aux générations futures.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.