S'enregistrer
Votre mot de passe vous sera envoyé.
Dessinateur : Ina Soraho
Scénariste : Ina Soraho
Éditeur : Doki-Doki
Collection : Seinen
Genre : Fantastique
Public : + 14 ans
Contenu : 160 pages
Sortie : 31 octobre 2018
Prix : 7,50€
Statut de la série : En cours de publication

Acheter Site officiel

Résumé

« Alice au pays des morts-vivants ! Lors de sa nouvelle rencontre avec le chaperon rouge, Aoba en apprend davantage sur les terribles secrets du monde des contes de fées. Les contractants sont peu à peu rongés par des ronces. D’étranges marques apparaissent au-dessus de la tête de leurs camarades… Dans cet univers, rien de féérique : chacun doit se battre pour survivre… Point de fin heureuse, juste de l’horreur. Un troisième volume glaçant ! »

Notre critique

Lors des deux premiers tomes, le thème très malin nous emmène dans un monde de conte de fées avec la dose suffisante de lugubre et d’étrangeté, nous attirant immédiatement.

De plus, les dessins, les paysages et les décors sont beaux ainsi que représentatifs des contes abordés, même si certains nous sont inconnus on prend plaisir à les découvrir.

Mais, évidemment il y a toujours un mais, on pouvait se dire qu’il nous manquait beaucoup d’informations, nous contentant de peu car les personnages et l’environnement nous tiennent en haleine. On voudrait des explications sur le monde des contes de fées, ses règles, ses enjeux, sur la vie des protagonistes et surtout sur celle d’Aoba, on ne comprend pas pourquoi elle subit de la part de certaines de ses camarades de classe du harcèlement, pourquoi elle s’entend bien avec son professeur et où sont ses parents qui la laisse seule la plupart du temps.

Petit déception, même si je sais qu’ici le harcèlement n’est pas le sujet, un approfondissement aurait été apprécié.

Au début on peut être étonné de la manière dont Aoba passe du monde réel au monde des contes de fées, je ne parle pas du marque pages de son livre, non, ce n’est pas ce que je veux aborder ici. Parfois j’avais la sensation d’avoir passé une page, j’étais confuse, la mangaka, brutalement en tournant seulement une page, part d’un monde à l’autre.

Pour ce 3ème tome de Fairy Tale Battle Royale, on ne peut pas dire que l’auteure continue sur sa lancée, elle fait mieux, elle nous donne exactement ce qu’il nous fallait. Comme dit plus haut, il nous manquait des informations, ce tome nous en apporte, c’est ce qui le rend meilleur, même si on sait qu’une infime partie de l’histoire nous a seulement été dévoilée. Par exemple quand la mangaka fait collaborer Aoba avec Fukushige, un plan de toutes les parcelles est établi et donne la possibilité d’imaginer un minimum l’ampleur de cette œuvre. Le rapprochement d’Aoba avec le petit chaperon rouge est crucial dans ce manga, nous nourrissant de détails par rapport à Noah qu’on attendait avec impatience. On découvre en plus pourquoi certains personnages ont signé leur contrat, nous introduisant ainsi les penchants malsains que ce genre d’endroit permet, comme avec Peter Pan qui fait des autres contractantes ses prisonnières. Confirmant ainsi le genre seinen qui nous manquait dans les deux premier tomes.

On salue la finesse avec laquelle l’auteur joue pour alterner entre les différents contes sans nous perdre et en restant cohérente.

Les dessins sont toujours en adéquations, beaux et décalés, ils sont fait avec justesse.

Notre critique du tome 3 de Fairy Tale Battle Royale

Ce tome intelligemment menée, nous laisse une seule envie, continuer la série et se laisser portée par ce que l'auteur a à nous offrir.

Scénario90%
Dessin90%
Édition95%
Originalité85%
Mise en scène90%
Intérêt sur la durée85%
On a aimé :
  • Les dessins
  • La trame de l'histoire
On a moins aimé :
  • Le passage entre les deux mondes trop brutale
89%Note Finale

A propos de l'auteur

Lectrice maladive, aucune phrase ne peut lui échapper ! Si les œuvres malsaines ou gores vous font fuir, vous pouvez toujours compter sur Em, c’est plus qu’une passion pour elle... Romans, mangas, bandes dessinées et comics, vous l’aurez compris tout lui plaît... mais oubliez la pour les histoires nunuches.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.