S'enregistrer
Votre mot de passe vous sera envoyé.

Dessinateur: Choi Kyu-Sok
Scénariste: Choi Kyu-Sok
Éditeur: Rue de l’échiquier
Collection: BD
Genre: Manhwa; historique; lutte sociale
Public: + 16 ans
Contenu: 224 pages
Sortie: 17 septembre 2020
Prix: 20 euros
Statut de la série: Terminée en 6 volumes

Acheter Site officiel

Résumé

« Corée du Sud, au tournant des années 2000, lors des retombées économiques et sociales de la crise financière en Asie. Gu Go-shin, militant syndical fondateur d’une petite agence-conseil de défense des travailleurs, et Lee Soo-in, jeune cadre prometteur de la grande distribution issu de l’armée, luttent contre les détestables pratiques sociales du nouvel employeur de Lee, puissant groupe français récemment installé en Corée.

Maintenant que les employés ont réussi à créer une antenne syndicale dans le supermarché, ils commencent à mener leurs actions et essayent de recruter de nouveaux membres. Bien décidée à faire échouer toute négociation, l’entreprise met en place une stratégie d’intimidation pour l’emporter à l’usure face aux syndiqués : sanctions injustes, pressions diverses, remarques constantes. Face à un patron qui ne veut rien lâcher, les salariés vont-ils réussir à poursuivre le combat ? »

Notre critique

Ce volume pourrait se résumer par: « bras de fer à tous les niveaux ». L’auteur, après avoir posé la situation et présenté les personnages, rentre maintenant dans le vif du sujet: la lutte syndicale.

L’ensemble du présent volume présente les luttes intestines qui secouent l’entreprise, entre les dirigeants français pétris de clichés et racistes, les cadres qui sont prêts à tout pour garder leurs postes et leurs privilèges et les employés qui ne veulent plus se faire avoir, il y a beaucoup à faire, à voir et à expliquer.

Coups bas, mesquineries et harcèlements se succèdent à un rythme soutenu. Le clivage se marque de plus en plus entre le syndicat et la direction, entre les syndiqués et les non-syndiqués.

Au milieu de ce champs de bataille, le personnage de Lee Soo-in est une figure assez particulière. En effet, bien qu’il soit un cadre assez haut placé, il n’hésite pas à défendre les employés et à dire ce qu’il pense des français qui dirigent le groupe. D’ailleurs, il est au centre des différentes luttes, n’hésitant pas à se mettre au niveau des employés qu’il encourage dans leur combat. Il est épaulé par deux autres personnages: Ju Gang-min, le délégué syndical élu par le personnel et Gu Go-shin, militant syndical.

Dans ce volume ce dernier est moins visible. il est toujours là pour le côté conseiller juridique et en soutient moral mais son rôle s’arrête là car la machine syndicale est lancée au niveau du magasin. Ses quelques interventions  montrent qu’il est toujours bien actif. Cela permet au lecteur de porter toute son attention à ce qu’il se passe dans le magasin.

Ju Gang-min, un simple employé élu délégué syndical s’implique très fort dans son nouveau rôle. Il avouera cependant que c’est le soutient sans faille du cadre Lee Soo-in qui lui permet de tenir son rôle et de continuer à se battre. à eux deux, ils forment la pointe du fer de lance de la lutte syndicale contre la direction du magasin.

En plus des tensions sociales qui servent de base à la série, l’auteur met également en avant une autre réalité dans ce volume: la misogynie hyperprésente dans la société coréenne.  En effet, si les différentes mesquineries et coups bas entre les différents membres du personnel font déjà froid dans le dos, il fait comprendre aux lecteurs qu’elles sont bien plus fortes et importantes quand il s’agit de s’attaquer aux femmes.

Deux figures féminines émergent dans ce volume: Young-shil et Gyeong-mi.

Young-shil est une employée à la langue bien pendue et au fort caractère. Elle faisait partie des premiers syndiqués et soutient le combat de ses collègues. Elle est, par la force des choses, la représentante officieuse du personnel féminin du magasin. C’est principalement à travers elle que l’auteur dénonce le sexisme ambiant.

Gyeong-mi est la représentante syndicale régionale. Elle jalouse Lee Soo-in car il a réussi à faire bien plus qu’elle en quelques semaines alors que ça fait des mois qu’elle se bat pour les droits des employés. Cependant, consciente qu’ils mènent le même combat, elle profite du sillage qu’il est en train de creuser pour le suivre. Le fait que les actions de Gyeong-mi n’aient pas été couronnées de succès sont dues, à nouveau, à la misogynie ambiante.

Le volume se termine sur une note douce-amère où le jeune cadre prend le temps d’expliquer aux membres du syndicats ce qu’il se passera en cas de victoire ou de défaite. Il s’agit là d’une simple pause entre deux batailles. La guerre est loin d’être finie.

Notre critique du tome 3 de Intraitable

"Si on gagne, la victoire ira à l'ensemble des salariés. En cas d'échec, nous serons les seuls à couler." Lee Soo-in

Scénario95%
Dessin95%
Édition90%
Originalité100%
Mise en scène95%
Intérêt sur la durée95%
On a aimé
  • Les différents face à face
  • La tension qui va croissant
  • Les personnages
On a moins aimé
  • Néant
95%Note Finale

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.