S'enregistrer
Votre mot de passe vous sera envoyé.

Dessinateur : Hino Tomoyuki
Scénariste : Project Itoh
Éditeur : Pika Éditions
Collection : Shonen
Genre : Science-fiction, Suspense
Public : + 12 ans
Contenu : 160 pages
Sortie : 13 mars 2019
Prix : 7,50€
Statut de la série : Terminée en 3 tomes

Acheter Site Officiel

Résumé

M a retrouvé The One. Leurs objectifs divergent et après un bref affrontement, The One se trouve à la merci de M. Watson, accompagné du capitaine Burnaby et de Hadaly, se dirige vers Londres, à bord du sous-marin « Le Nautilus » créé par Thomas Edison, afin d’empêcher M de nécromatiser l’humanité toute entière. Et en chemin, on en apprend plus sur les origines de Hadaly, de sa conception et de sa relation difficile avec son « père ». L’affrontement final pour la survie de l’humanité a commencé.

Notre critique

Voici le troisième et dernier tome de la série « The Empire of corpses » de Project Itoh. Ce tome voit la brève apparition de deux nouveaux personnages : Thomas Edison, créateur de la belle Hadaly, et l’indétrônable compère de Watson : Sherlock Holmes lui-même ! L’un comme l’autre ne feront que passer… car ce tome va vite : le scénario est très rapide, les scènes de combats sont assez brèves, comme lors de la rencontre entre The One et M : en une page, M prend le dessus sur The One. Il est évident que quelques volumes supplémentaires auraient permis de mieux comprendre l’histoire et de faciliter les transitions entre les différentes étapes du voyage entrepris par Watson pour retrouver le journal de Frankenstein.

On sent dans ce tome que Watson a mûri, et que sa relation avec Vendredi a évolué, de son côté en tous les cas. Vendredi étant un nécromate, difficile de savoir ce qu’il ressent. Watson est enfin prêt à dire adieu à son ami et c’est une grande avancée par rapport aux premières pages du premier tome. Mais là aussi, en trois volumes, cette relation et cette évolution ont été trop rapides. Mais pas bâclées ! Car l’auteur nous fait bien ressentir l’attachement du héros pour son nécromate. De longues cases sont consacrées à Hadaly et ses origines. Elles sont agréables mais elles viennent soit un peu tard dans l’histoire ou alors, il aurait fallu au moins un volume de plus pour pouvoir bien en profiter, vue la vitesse de narration.

Pour cette édition, Pika a gardé le même type de jaquette pour les trois tomes : Vendredi et Watson ensembles, sur un fond blanc. Tout en simplicité. Deux pages couleurs commencent ce volume et mettent en avant le combat entre M et The One. Le trait des personnages est constant, classique. Quelques gros plans du combat entre Burnaby et un nécromate à l’apparence de la créature de Frankenstein,que tous nous connaissons, ravira ceux qui attendaient justement de le voir : visage carré couturé de cicatrices, avec une force assez phénoménale. Petit bémol concernant la traduction : Vendredi devient dans ce tome Friday…

Notre critique du tome 3 de The empire of corpses

Pour résumer, une série très intéressante, avec plein d’idées et des personnages attachants. Un peu trop rapide, il est vrai, mais au scénario captivant. Une chouette lecture SF !

Scénario85%
Dessin90%
Edition85%
Originalité90%
Mise en scène85%
Intérêt sur la durée90%
On a aimé
  • La fin est une agréable surprise
On a moins aimé
  • Trop rapide!
  • Vendredi devient Friday, un peu perturbant
85%Note Finale

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.