S'enregistrer
Votre mot de passe vous sera envoyé.
Dessinateur : Harukawa 35
Scénariste : Kafka Asagiri
Éditeur : Ototo
Collection : Seinen
Genre : Baston
Public : Averti
Contenu : 192 pages
Sortie : 18 mai 2018
Prix : 7,99€
Statut de la série : En cours de publication

Acheter Site officiel

Résumé

« Sur l’intuition d’Atsushi, le patron de l’Agence et le chef de la Mafia portuaire se rencontrent. La proposition de l’Agence est claire : faire provisoirement alliance pour abattre la Guilde. Sans surprise, les deux grands personnages ne tombent pas d’accord. Danzai a donc l’idée d’aller capturer l’arme secrète de la Mafia, le mystérieux Q qui a précédemment attaqué Atsushi. Mais, en chemin, il tombe nez à nez avec Lovecraft et Steinbeck… La lutte pourrait être inégale si une aide inattendue ne faisait pas son apparition sous la forme de Chûya, l’ancien partenaire mafieux de Danzai… »

Notre critique

Du suspense, de l’action, de la baston !!! Chaque nouveau tome de Bungô Stray Dogs est un régal et celui-ci ne fait pas exception. La rencontre au sommet des deux grands patrons dégage une tension qui laisse deviner le passé de chacun. Les paroles de Dazai nous font comprendre que l’actuel chef de la Mafia portuaire a pris le pouvoir par le meurtre et que c’est ce qui a motivé la trahison de Dazai. De même, on saisit que ce chef et le patron de la Guilde se connaissent très bien, se nommant par leurs anciens surnoms guerriers et ne bronchant pas face aux techniques d’attaque de l’un comme de l’autre. De fait, la narration nous laisse penser que cette rencontre est un échec mais l’arrivée opportune de Chûya, pourtant plein de rancune envers Dazai, nous détrompe presque aussitôt. Face à ce duo, les envoyés de la Guilde vont danser et franchement se casser les dents. Le duo Dazai-Chûya fait étalage d’une complicité dans la bagarre qui prouve bien qu’ils ont longtemps travaillé ensemble, fait des ravages ensemble et que seul le départ subit de Dazai a brisé une amitié à toute épreuve. S’ils ne cessent de s’envoyer des piques, tous deux apprécient l’aide de l’autre et la confiance qu’ils se vouent en remettant successivement leurs vies dans les mains de l’un puis de l’autre montre que rien de tout ce passé n’est véritablement effacé. Au plus fort de l’action, la véritable forme de Lovecraft, évocation très…tentaculaires du mythique Cthulhu est un vrai ravissement, au moins autant que la véritable forme du pouvoir de Chûya ! Mais, le calme revenu,une question demeure : quel sera le prix exigé par la Mafia pour cette entraide ?

Au chapitre suivant, c’est au tour du facétieux mais génial Ranpo d’affronter Edgar Poe et son imaginaire terrifiant. Accompagné de la jolie Yosano, Ranpo répond à une invitation de son adversaire. Ce dernier veut une revanche, il n’a jamais digéré l’affront que lui a autrefois fait Ranpo. Et son plan est simple : son pouvoir lui permet de plonger ses ennemis dans ses romans et de les y emprisonner. A moins de trouver la solution d’un meurtre dans une pièce close, Ranpo et Yosano vont donc rester coincés dans l’imaginaire de Poe… Mais c’est sous-estimer les talents du meilleur des détectives armés !

Le tome se conclut sur une nouvelle grande menace apportée par les plans de la Guilde. A priori sans pouvoir obtenir l’aide de la jeune Kyoka que les autorités refusent de relâcher (pour le moment), Atsushi va devoir prendre d’assaut une machine de guerre bien inquiétante qui pourrait détruite ce qui reste de la ville après le derniers assaut la Guilde. Il sera seul en dehors de contacts radios avec ses compagnons. Plus déterminé que jamais à prouver sa valeur et son utilité au sein de l’Agence de Détectives, le jeune tigre-garou fonce mais tombe sur un os : Akutagawa est lui aussi sur place et ne semble pas prêt à respecter quelque trêve que ce soit…

Vous l’aurez compris, on ne souffle pas un instant dans ce tome 8 ! Entre révélations sur le passé des protagonistes, interventions de nouveaux ennemis et déploiement d’attaques hors du commun, rien n’est laissé au hasard. En soutien permanent et sans faille, le dessin sublime chaque case, chaque étape de ce volume qui nous transporte d’action en baston sans temps mort. Aussi fluide que précis, le trait d’Harukawa 35 impose un rythme de haute voltige déjà annoncé par la jaquette de couverture.

Notre critique du tome 8 de Bungô Stray Dogs

Initiée par Atsushi, le patron de l'Agence et le chef de la Mafia se rencontrent pour parler alliance. Mais le résultat n'est pas celui escompté...

Scénario95%
Dessin98%
Edition97%
Originalité96%
Mise en scène98%
Intérêt sur la durée98%
On a aimé :
  • Suite immédiate et mouvementée
  • Equilibre baston, action, intrigues et révélations
  • Toujours un ton décalé avec un humour... noir!
On a moins aimé :
  • Néant
97%Note Finale

A propos de l'auteur

Rédactrice manga de Nipponzilla. Dévoreuse manga, BD et livres en tous genre, bavarde absolue, elle s’attaque à tout ce qui ressemble de près ou de loin à un bon titre et qu’importe les déceptions, elle s’acharne pour vous dénicher des perles.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.