S'enregistrer
Votre mot de passe vous sera envoyé.

Titre : One Piece : à bas Gyanzack !
Auteurs : Eiichiro Oda & Tatsuya Hamazaki
Éditions : Glénat Manga
Collection : Glénat Roman
Date de sortie : 5 septembre 2012

Après l’adaptation en roman de D.Gray Man, voici le premier roman tiré de One Piece qui débarque en français chez Glénat manga. Étonnant de voir l’engouement de ce genre de dérivé au Japon. Le choix reste risqué de proposer des versions toutes en texte de mangas à succès puisque les fans sont autant attachés à l’histoire qu’aux dessins. Si le succès est un fait au Japon, quel sera l’accueil du public français ?

Pour ma part, ne lisant pas le manga One Piece, j’ai été curieuse d’aborder cet univers à travers un autre vecteur que le dessin.

Ce roman écrit par Tatsuya Hamazaki propose une aventure alternative des trois premiers membres de l’équipage de Luffy. Ce capitaine puéril et attachant n’est donc accompagné que de Nami et Zorro, voguant en déroute sur la grande bleue à bord d’une sorte de barque guère confortable et surtout vide de vivres ! Les trois héros sont prêts des mourir de faim quand un objet entre violemment en collision avec leur coque de noix, les envoyant tous trois valser. Un monstre marin surgit aussitôt. Luffy est affamé et pense manger la bête toute crue mais finit à l’eau, s’accrochant à Zorro pour éviter la noyade. Pour sa part, Nami est sauvée et s’éveille quelques heures plus tard dans une étonnante chambre au décor tape à l’œil. Parvenu sur une plage, Luffy est inconscient et manque d’être malmené par deux pirates mais une enfant lui sauve la mise le temps que le jeune homme reprenne ses esprits et envoie au tapis les deux importuns. Seulement, la faim est la plus forte et il retombe dans les pommes. A son réveil, il retrouve Zorro dans une maisonnette, celle de la petite fille. Elle se nomme Medaka et vit avec son grand-père depuis que son père a été fait prisonnier par le capitaine Gyanzak et ses pirates. Ils exploitent tous les hommes de l’île dans une mine sous la menace de s’en prendre à leur famille. Ni une ni deux : Zorro et Luffy décident d’y mettre bon ordre !
Le texte est fluide et vivant. On s’amuse, on sourit et on suit aisément l’action, l’attitude des personnages dont on cerne aisément le caractère. A ce titre, Tatsuya Hamazaki s’est bien débrouillé avec l’univers créé par un autre auteur. Il insère des éléments cruciaux pour les néophytes de One Piece, qui sont des clés permettant de mieux en comprendre l’univers, de s’y glisser et de rentrer pleinement dans l’histoire. Humour, action, ce qui fait le succès du manga est là.
Quoi que… Pour un lecteur tel que moi qui ne lit pas le manga, ce roman est sympathique, bien que reprenant un épisode bonus de la série animée. C’est une porte ouverte sur le phénomène One Piece mais, pour les fans de la série, le dynamisme graphique, sans doute première qualité de ce manga, manquera cruellement. Certes, le style rédactionnel de Tatsuya Hamazaki s’attache à rendre fidèlement à l’œuvre d’Eiichiro Oda mais il n’en demeure pas moins que l’action étant ce qui plaît majoritairement aux lecteurs de ce shonen, elle passe avec moins d’impact sous forme de mots, qui laisse une impression confuse, qu’en dessin.

Ce premier roman de One Piece est donc plaisant mais en dehors des curieux tels que moi qui pourraient ensuite avoir envie de lire le manga grâce à cette version ou des fans absolus, il n’est pas aussi séduisant qu’on pourrait l’espérer.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.