S'enregistrer
Votre mot de passe vous sera envoyé.

Dernier né du studio CyberConnect2, Asura’s Wrath se livre à vous au travers de cette chronique lui étant exclusivement dédiée !

Dévoilé en 2010 lors du Tokyo Game Show, Asura’s Wrath est un projet ambitieux à mi-chemin entre un beat’em all et un anime interactif. Derrière cette production atypique nous retrouvons le talentueux studio CyberConnect2 a qui nous devons Silent Bomber, Tail Concerto et Solatorobo, ou encore la série des Naruto Ultimate Ninja dont les différents épisodes se sont vendus à plus de dix millions d’exemplaires dans le monde. 
Et c’est au travers de cette expérience acquise au fil des années et des adaptations de mangas que l’idée leur est venue de développer Asura’s Wrath. Certes, à la base le studio avait pour simple souhait de produire un beat’em all où l’histoire ne serait pas centrale, mais au bout de deux ans et demi de développement, ils se sont rendu compte qu’ils ne parviendraient pas à proposer autre-chose qu’un énième jeu d’action. Il leur fallait donc à tout prix un élément qui sort de l’ordinaire, un concept qui donnerait au jeu sa propre identité. Et c’est ainsi que l’Asura’s Wrath que nous connaissons vu le jour. Un titre nous donnant l’impression d’être face à un anime interactif, avec un découpage sous forme d’épisodes. Après avoir travaillé sur tant d’adaptations d’animes, ils allaient à présent produire leur propre dessin animé !

Si vous cherchez un jeu vous permettant avant tout de vous défouler, Asura’s Wrath n’est donc peut-être pas fait pour vous. L’intérêt principal du titre est de suivre l’histoire d’Asura, son parcours en quête de vengeance face aux Sept Divinités qui l’ont trahit, mais il s’agit la plupart du temps que de cinématiques ponctuées de nombreuses séquences de QTE. Il y a bien des moments où vous faites autre-chose que regarder, où vous combattez un boss ou massacrez du Gohmas, mais cela reste assez anecdotique.
Ce que l’on peut rapidement constater, c’est que le titre de CyberConnect2 emprunte beaucoup d’éléments propres aux shonens. Malgré ses 12 000 ans de sommeil, notre héros revient est toujours fou de rage contre ses anciens compagnons qui l’ont trahi, qui ont assassiné sa femme et capturé sa fille. Cette rage est sa force, et tel un Super Saiyan, elle lui permettra de venir à bout de tous les obstacles. De toujours trouver la force de se relever ! 
Face à toutes cette haine et cette soif de vengeance, Asura’s Wrath aurait pu être une hôte à l’utra-violence, alors que pas du tout. Plutôt que de la haine, ce qui en ressort c’est une profonde ambiance de mélancolie. Un choix que l’on doit à Chiyako Fukuda, compositrice attirée du studio : « « Mélancolie » est le mot qui résume le mieux la thématique des musiques d’Asura’s Wrath. C’est vrai que visuellement le jeu peut sembler brutal et nerveux, mais pour montrer l’amour qui unit Asura aux membre de sa famille qu’il souhaite protéger, la musique joue un rôle primordial ». A cela viennent s’ajouter des sonorités orientales et des éléments propres aux mythes indiens et tibétains, lui conférant une ambiance unique.

A propos de l'auteur

Fondateur de Nipponzilla. Cet amateur de mangas, de japanimation et de jeux vidéo japonais n'a peur de rien, et surtout pas de s'intéresser aux œuvres les plus méconnues... au risque de tomber régulièrement sur de belles bouses.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.