Connect with us

Critique

Notre critique du tome 2 de Jusqu’à ce que nos os pourrissent

Daiya

Published

on

Lisez notre avis concernant le tome 2 de Jusqu'à ce que nos os pourrissent et suivez toute son actu sur Nipponzilla, le meilleur site d'actualité manga, anime, jeux vidéo et cinéma

Dessinateur : Yae Utsumi
Scénariste : Yae Utsumi
Éditeur : Pika Édition
Collection : Seinen
Genre : Thriller
Public : + 15 ans
Contenu : 192 pages
Sortie : 11 juillet 2018
Prix : 7,50€
Statut de la série : Terminée en 7 tomes

AcheterSite officiel

Résumé

Cinq ans se sont écoulés depuis que les cinq amis d’enfance ont tué le père de Shin. Peu de temps après leur réunion annuelle, le squelette est volé par un mystérieux maître chanteur qui les menace de révéler leur secret s’ils n’exécutent pas ses ordres… Après avoir démembré un cadavre et caché les morceaux, quelle va être la prochaine tâche qu’ils vont devoir effectuer ? Le pire reste encore à venir…

Notre critique

C’est avec beaucoup d’appréhension que l’on découvre le deuxième tome de Jusqu’à ce que nos os pourrissent. Malgré quelques points négatifs, le tome 1 nous avait en effet énormément plu et on attendait la suite avec impatience. Autant vous dire que nous sommes loin d’être déçus !

Dans ce volume, on le remarque dès la couverture, Yae Utsumi s’est concentrée sur le personnage de Haruka et de ses rapports avec Shin. Ce dernier s’impose d’ailleurs de plus en plus comme le personnage principal. Jusqu’à présent, le mangaka nous relate surtout son histoire ; les 4 autres ne sont que des éléments de celle-ci. On s’en rend notamment compte à travers les souvenirs de chacun : ils concernent tous Shin, comme si leur vie et leur passé ne tournaient qu’autour de lui. On en apprend d’ailleurs un peu plus sur sa relation obscure avec son père ainsi que sur l’amitié douteuse qui lient les 5 protagonistes.

Tout cet aspect social nous ferait presque oublier le moteur principal de ce récit : le meurtre commis par ces amis et le chantage qui en découle. Dans le premier tome, le maitre-chanteur nous donnait l’impression de vouloir punir les adolescents avec ses méthodes peu conventionnelles ; dans celui-ci, ses motivations semblent vaciller entre vengeance et pur sadisme. D’ailleurs, si vous avez trouvé la scène de démembrage à la limite du supportable, il serait plus raisonnable pour vous de ne pas lire la suite du manga. En effet, l’auteur semble prendre un malin plaisir à nous offrir des images plus en plus gores. On pourrait presque croire que Yae Utsumi cherche absolument à nous inspirer les pires cauchemars.

Malgré ces scènes malaisantes qui pimentent le récit, des éléments prévisibles viennent légèrement discréditer l’histoire. A l’instar de bons nombres de manga du genre thriller, la police finit par découvrir les membres du corps découpé dans le premier tome. Mais ce n’est pas grave puisque la sœur d’un des personnages est sur le coup, ce qui donne une petite longueur d’avance aux jeunes assassins ! Ce serait presque trop facile…

Tout ceci ne nous empêche d’apprécier la tournure – très glauque – que prennent les événements. Entre remord et angoisse, les personnages se remettent en question et sont prêts à se salir les mains un peu plus s’il le faut. On referme donc ce tome, bouleversé, avec toujours autant de questions à l’esprit : qui est ce maitre-chanteur ? Quelles sont ses motivations ? Que comptent faire Shin et sa bande ?

Fan du Japon depuis son plus jeune âge, Daiya passe son temps libre à lire des mangas, visionner les œuvres de Miyazaki et s'amuser avec Photoshop.

Continue Reading
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

forty eight ÷ eight =