Connect with us

Critique

Notre critique de Goodbye Irony Dress

Clementine

Published

on

Goodbye irony dress - banniere - Nipponzilla
goodbye iron dress critique - nipponzillaDessinateur : Ayato Miyoshi
Scénariste : Ayato Miyoshi
Editeur : Taifu Comics
Collection : Yaoi
Genre : yaoi blue, romance, drame
Public : Public averti
Contenu : 164 pages
Sortie : 13 novembre 2020
Prix : 8,99 €
Statut de la série au Japon : oneshot

Acheter Site officiel

Résumé

“Suite au décès soudain de sa mère avec qui il n’avait presque plus de contact, Meguru revient vivre dans l’appartement qu’ils partageaient ensemble fut un temps. Il y fait la rencontre de Keiichi, un garçon habillé en lycéenne. Mais, loin d’être un choix, ce travestissement semble avoir été imposé au jeune homme par sa mère après son coming out. Face à cette situation familiale encore plus complexe que la sienne, Meguru ne reste pas impassible.”

Notre critique

Un yaoi attentionné à dépeindre une rude vérité ou comment un adolescent se retrouve mis en difficulté après son coming out, et cela par la personne dont il attend le plus de soutien.

Keiichi a récemment avoué être homosexuel à sa mère. En réponse, cette psychologue ratée lui a acheté un uniforme scolaire de fille ! Sans autre uniforme et sans moyens de s’en procurer un destiné aux garçons, Keiichi est donc condamné à porter ces vêtements qui ne font qu’accentuer un mal être bien compréhensible.

Une aide plus que précieuse survient inopinément. Le fils d’une voisine, et seule confidente de Keiichi, aujourd’hui décédée, revient vivre dans l’appartement de sa mère défunte. Il se nomme Meguru et est aussi gay. Mais il n’a jamais eu le courage d’en parler à cette mère disparue. Il croise Keiichi, est interloqué de le voir ainsi vêtu et apprend ses raisons en lui parlant.

En se côtoyant jour après jour, tous deux vont trouver le courage d’avancer et même tomber amoureux. Meguru va comprendre que sa mère savait ses penchants mais attendait qu’il soit prêt à lui en parler de lui-même. Raison pour laquelle elle a soutenu Keiichi.

Celui-ci, de son côté, a enfin un allié pour l’aider à affronter un quotidien qui, entre le lycée et la maison, est un combat sans repos. Meguru l’écoute, le réconforte d’un mot, lui explique qu’avec le temps, les choses sont plus faciles à vivre. La candeur de ce jeune homme si courageux face aux brimades et au jugement de sa propre mère séduit peu à peu Meguru. Leur complicité se meut en amour et c’est un happy end rafraîchissant qui clôt ce sympathique yaoi.

Le dessin est assez banal mais attentif aux émotions. La mise en scène est sensible, appuie sur les tourments de chacun et l’éclosion de leurs sentiments réciproques. On apprécie l’effort sur les arrières plans même si on ne sort pas de l’environnement résidentiel partagé par les deux héros.

Goodbye Irony Dress est un agréable oneshot, un yaoi rondement mené sur la base d’une intrigue plutôt réussie malgré cette idée farfelue d’uniforme de fille sur un garçon.

Notre critique de Goodbye Irony Dress
Conclusion
Un oneshot sympathique, entre tranche de vie et douce romance.
Scénario
75
Dessin
80
Edition
90
Originalité
70
Mise en scène
80
Intérêt sur la durée
75
Note des lecteurs0 Note
0
On a aimé
Relations entre personnages
Romance réaliste
Problématique autour de l'homosexualité
On a moins aimé
Traitement de la problématique aurait mérité d'être approfondie
Dessin banal
80

Rédactrice manga de Nipponzilla. Dévoreuse manga, BD et livres en tous genre, bavarde absolue, elle s’attaque à tout ce qui ressemble de près ou de loin à un bon titre et qu’importe les déceptions, elle s’acharne pour vous dénicher des perles.