Connect with us

Critique

Notre critique de Notre Paradis

Published

on

notre-paradis-nipponzillaDessinateur : Ari Uehara
Scénariste : Ari Uehara
Editeur : Taifu Comics
Collection : Yaoi
Genre : Yaoi,
Public : Public averti
Contenu : 236 pages
Sortie : 26 août 2021
Prix : 8,99 €
Statut de la série au Japon : terminée, oneshot

L’un porte sur sa peau deux papillons d’encre, tandis que l’autre arbore sur son dos un tatouage aux couleurs d’un oiseau exotique. Ils ne se connaissent ni d’Ève ni d’Adam mais tous deux vivent ensemble aux crochets de la même femme, en échange d’un peu de réconfort charnel. Nourris et logés ensemble dans un grand appartement depuis leur rencontre fortuite, ils partagent leur intimité dans ce cocon confortable. Mais alors que la distance entre eux se raccourcit, il apparaît qu’ils ne pourront peut-être pas vivre éternellement dans ce petit paradis.

Difficile d’avoir un avis franc avec Notre Paradis. Ce oneshot est surprenant mais peine à convaincre… explications.

Dans une vision du monde un peu hors normes ou hors du temps, deux jeunes éphèbes deviennent les gigolos d’une femme que l’on suppose jeune, riche et belle. On ne la voit jamais mais son nom revient souvent dans les conversations des deux protagonistes. Takeru est le parfait opposé de Johannes. Il est timide et indécis quand son binôme est extraverti et décidé. S’ils se détestent au début du récit, c’est en raison de leur rivalité pour avoir la meilleure place au sein de cet étrange trio. Seule la demoiselle Nahoko, aux mœurs bizarres, sort souvent. Traités comme des animaux de compagnie, ils semblent condamnés à attendre son retour à la maison, prêts à se soumettre à son désir du moment.

Une sorte de statu quo s’installe entre les deux gigolos. Jusqu’à ce que leur situation change du tout au tout : Nahoko ne rentre pas pendant plusieurs semaines puis leur annonce qu’elle va se marier. Dès lors, les deux jeunes hommes sont bien obligés de reprendre une vie à peu près normale et de trouver du travail. Ils pourraient se séparer définitivement mais Takeru s’accroche à Johannes, il ne veut pas être seul et, même si leur relation est ambigüe, il est prêt à tout accepter. Agacé puis attendri, Johannes se rend à l’évidence, ils peuvent au moins tromper leur solitude mutuelle ensemble.

Ce qui s’apparente à une romance débute alors. Ils vivent ensemble, travaillent au même endroit, couchent ensemble. Leur vie de couple pourrait être un rêve éveillé si le passé de Takeru ne revenait le hanter. Johannes apprend la triste vérité, celle qu’il avait cru déceler dans le désespoir de son amant. Alors qu’il décide de n’aimer que le Takeru du présent et de se moquer du reste, ce dernier s’éloigne de lui-même… Pourront-ils rester unis au sein de leur nouveau paradis, celui qu’ils se construisent loin de leurs peurs respectives ?

La romance met du temps à s’installer et, quand elle le fait, c’est avec une sorte de brutalité sentimentale. La relation amoureuse est dès lors bancale et cette impression accompagne le récit tout du long. Le dénouement annonce un nouveau départ mais avec ces deux personnages tordus par la vie, qui sait ?

Les protagonistes sont intéressants mais le récit reste confus les concernant. On peine à y entrer pleinement car, bien que présentées dans la réalité, les situations sont étrangement peu crédibles, trop excessives. On peut être touché par le rapprochement amoureux et la naissance d’un amour réciproque mais on termine ce oneshot avec une impression d’inachevé.

Le dessin est soigné et tente de soutenir un scénario mal défini. La mise en scène équilibre le tout et les décors aident à situer le récit dans le temps. Le chara-design insiste sur les opposés entre les personnages principaux.

Avec son récit maladroit, Notre Paradis passe à côté d’une romance qui aurait gagné à être mieux structurée autour d’un approfondissement psychologique des personnages. Le graphisme rattrape heureusement l’ensemble.

Notre Paradis
65 Rédaction
Lecteurs 0 (0 votes)
Résumé
Un oneshot difficile à classer...brouillon côté scénario
Scénario50
Dessin80
Édition90
Originalité50
Mise en scène70
Intérêt sur la durée50
Ce que les gens disent... Laissez votre note
Sort by:

Be the first to leave a review.

User Avatar
Verified
{{{ review.rating_title }}}
{{{review.rating_comment | nl2br}}}

Show more
{{ pageNumber+1 }}
Laissez votre note

Your browser does not support images upload. Please choose a modern one

Rédactrice manga de Nipponzilla. Dévoreuse manga, BD et livres en tous genre, bavarde absolue, elle s’attaque à tout ce qui ressemble de près ou de loin à un bon titre et qu’importe les déceptions, elle s’acharne pour vous dénicher des perles.

Continue Reading
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

forty four − forty three =