Notre critique des tomes 1 et 2 de Kingdom of Knowledge

Dessinateur : Serina Oda
Scénariste : Serina Oda
Éditeur : Kana
Collection : Dark Kana
Genre : Aventure, Fantastique
Public : + 14 ans
Contenu : 204 et 226 pages
Sortie : 16 octobre et 27 novembre 2020
Prix : 7,45€
Statut : Terminé en 4 tomes

Acheter Site officiel

Résumé

“Fei et Hui sont des créatures de petite taille, aux oreilles pointues, possédant une grande intelligence. Leur peuple a la particularité d’être le seul capable de déchiffrer les écrits anciens retrouvés dans les ruines d’une civilisation perdue. Fei et Hui ont grandi reclus dans la bibliothèque, traduisant sans relâche ces précieux textes pour le compte de l’Empire, qui espère en faire une arme contre les attaques de monstres auxquelles il fait face. Car le savoir, c’est le pouvoir ! L’empire avait promis la liberté aux gnomes, une fois tous les textes traduits. Mais ce jour arrivé, la bibliothèque est incendiée et les petits traducteurs sont massacrés ! Car le pouvoir ne se partage pas ! Fei, l’unique survivant, s’engage alors sur le chemin de la vengeance ! Son objectif : détruire l’Empire en utilisant le savoir qu’il a acquis notamment en ingénieuses stratégies militaires !”

Notre critique

Nouveau venu dans la collection Dark Kana, Kingdom of Knowledge nous présente une histoire fantastique plutôt sombre dans un univers médiéval fictif, mais lié à notre monde d’une certaine manière. On y suit les aventures de Fei, un jeune gnome âgé de seulement douze ans, ainsi que du prince Marc, adolescent humain forcé de fuir son royaume.

Le début du premier tome nous donne rapidement le contexte de cet univers, sans nous surcharger d’informations. On apprend ainsi que depuis des années, les gnomes – de petits êtres aux oreilles pointues et à l’intelligence sans pareille – vivent dans une immense librairie regroupant des ouvrages anciens, sous la protection des humains. En échange de traductions de ces ouvrages remplis de connaissances, les humains les protègent des dangers du monde extérieur. Fei, notre héros, est un enfant qui n’a connu que cette bibliothèque et qui rêve de découvrir le monde. Avec son ami Hui, ils se donnent pour objectif de traduire au plus vite les milliers de livres afin de pouvoir enfin partir à l’aventure.

Cependant, après des années et alors qu’ils parviennent à réussir leur tâche, les choses ne se déroulent pas comme prévu. Trahi par les humains, Fei se voit forcé à s’enfuir et se retrouve seul dans ce monde inconnu. Il découvre alors que l’Empire, qui le protégeait toutes ces années, utilisait le savoir trouvé dans les livres pour gagner en puissance et envahir les autres royaumes… Et désormais, ils sont à ses trousses puisqu’il possède tout le savoir qu’ils souhaitent s’accaparer.

Notre héros est ici assez original, déjà parce qu’il est très jeune, mais également parce qu’il n’est pas un combattant. Son espèce, les gnomes, étant de petite taille et faibles physiquement, son savoir est sa seule arme. Désireux de se venger de l’Empire qui les a trahis, lui et les autres gnomes, il va s’allier avec des humains venus d’autres royaumes : Nagi, une jeune combattante aguerrie, et Marc, prince d’un royaume ennemi de l’Empire. Pour survivre, Fei va utiliser ses connaissances en stratégie et tactique militaire, et plus particulièrement celles de Nobunaga Oda, célèbre seigneur de guerre Japonais de la période Sengoku.

Car oui, la particularité de cet univers est que les livres en « langue ancienne » semblent être des livres venus tout droit de notre monde. Et Fei, notre héros, est particulièrement féru des chroniques de Nobunaga, dont il va s’inspirer pour venir à bout de plusieurs situations périlleuses. C’est un enfant très intelligent et mature, mais également plein de rancœur et de désir de vengeance. À l’inverse, le jeune prince Marc, avec qui il se retrouve à voyager, n’a pour réelle qualité que son immense gentillesse. On se demande donc comment ce duo assez opposé va évoluer, eux qui semblent liés par le destin. Leurs deux autres compagnons de route, Nagi et Daniolo, sont également des personnages qui piquent très vite notre intérêt. Leur petite bande se révèle très vite assez amusante et nous avons droit à des dialogues plutôt amusants, malgré le contexte très sombre de l’histoire.

Le scénario est jusque là plutôt bien construit et agréable à suivre ; on commence sur l’histoire de Fei et les événements tragiques qui le poussent à s’enfuir, ce qui nous permet de bien apprendre à connaître notre héros et à s’y attacher. Le fait qu’il découvre le monde pour la première fois permet de guider le lecteur à travers lui, grâce aux explications qu’il va demander à chaque nouvelle découverte, et à aucun moment on ne se retrouve perdu dans cet univers fantastique nouveau. Les dessins sont également très attractifs, avec de beaux décors et des personnages bien mis en valeur à chaque scène, ce qui donne des tomes très agréables à lire.

Rapidement on se retrouve très pris par l’aventure de Fei, et chaque stratagème qu’il déploie pour se tirer des situations les plus dangereuses est inventif et très distrayant. L’univers lui-même est plutôt sombre, avec quelques scènes horrifiantes durant lesquelles les âmes sensibles devront s’accrocher, bien qu’il n’y ait pas d’éléments excessivement gores dans ces tomes. Globalement, on accroche facilement à cette histoire et à ses personnages et on a hâte de découvrir où la quête de vengeance de Fei va le mener.