Connect with us

Critique

Notre critique du tome 1 de #Cooking Karine

Published

on

Dessinateur : Nakae Mikayo
Scénariste : Nakae Mikayo
Éditeur : Nobi Nobi !
Collection : Shojo Kids
Genre : Gastronomie, Tranche-de-vie
Public : + 8 ans
Contenu : 192 pages
Sortie : 17 mars 2021
Prix : 6,95€
Statut de la série : Terminée en 3 volumes

« Karine, jeune collégienne passionnée par la cuisine, se lance dans un concours en ligne sur le site de vidéos “NEW !” afin de réaliser son rêve de toujours, ouvrir son propre restaurant. Avec l’aide de Shingo Tenma, le soi-disant bad boy de son collège, elle parvient petit à petit à grimper les échelons des Newtubeurs. Sans jamais baisser les bras, elle poursuit son objectif tout en faisant de son mieux pour apporter un peu de bonheur à ceux qu’elle croise sur son chemin grâce à ses délicieuses recettes ! »

Karine est une jeune collégienne pétillante, pleine de vie et au grand cœur qui est passionnée par la cuisine. Son rêve est d’ouvrir son propre restaurant. Quand elle voit que le site de New peut lui ouvrir la voie vers ce rêve, elle se lance à fond dans ses vidéos de recettes de cuisine. Elle n’hésite pas à embrigader un camarade de classe, Shingo, dans son aventure culinaire. Ce dernier est le bad boy au regard sombre de l’école. Ensembles, ils se lancent dans la réalisation de petites vidéos qu’ils postent sur Newtube, afin de permettre à Karine d’engranger un maximum de « vues » et de passer aux épreuves suivantes.

Karine est une héroïne de shojo comme on en voit tant : généreuse, optimiste, presqu’insouciante, et qui rêve d’ouvrir son propre restaurant. A ses côtés, on retrouve le bad boy typique, qui a en fait un grand cœur, et qui n’est pas insensible au charme de sa partenaire. Ce qui renouvelle le genre, c’est que ce shojo aborde le sujet des réseaux sociaux et des vidéos que l’on poste sur ceux-ci, comme Youtube par exemple. Et bien sûr, on en voit certaines dérives : les gloires vite gagnées mais vite perdues, le besoin incessant d’avoir des « like », ou encore les artifices employés pour gagner ces fameuses vues. Malgré une compétition acharnée, notre héroïne reste elle-même et aide ceux qui ont besoin d’elle. Ainsi, elle va permettre à une camarade de déclarer sa flamme avec des cookies maison ou encore aider un chanteur célèbre sur New d’affronter sa mue vocale. Les valeurs mises en avant ici sont l’amitié, l’entraide et l’optimisme, le tout saupoudré des recettes réalisées par la jeune Karine.

Le scénario est construit de façon très classique, mais il a un certain dynamisme, dû notamment à l’humeur enjouée de son héroïne et au sujet traité : les réseaux sociaux. Le dessin est très classique pour un shojo, avec une Karine aux grands yeux et les différents protagonistes entourés de bulles ou d’étoiles. A la fin de chaque histoire, on peut découvrir les recettes des plats qui ont permis à Karine de gagner une épreuve du concours, plus une en bonus. Ces plats sont d’ailleurs très réalistes, car l’auteure n’a pas hésité à tester les recettes proposées et à les reproduire dans son manga. Sur la jaquette dans des tons de rouge, présentée sous la forme d’un écran de smartphone, on voit Karine souriante et pleine d’énergie, avec son partenaire Shingo, tous les deux entourés de petites pâtisseries.

#Cooking Karine
85 Rédaction
Lecteurs 0 (0 votes)
Résumé

Ce manga est une bouffée d’air frais dans l’univers du shojo manga, malgré son classicisme, grâce notamment à son côté moderne, qui associe réseau social et cuisine. On salive de plaisir devant les recettes réalisées par cette pétillante héroïne et on apprécie les recettes trouvées à la fin des épreuves. On suit cette nouvelle « newtubeuse » à fond !

Scénario85
Dessin80
Édition85
Originalité90
Mise en scène85
Intérêt sur la durée90
Ce que les gens disent... Laissez votre note
Sort by:

Be the first to leave a review.

User Avatar
Verified
{{{ review.rating_title }}}
{{{review.rating_comment | nl2br}}}

Show more
{{ pageNumber+1 }}
Laissez votre note

Your browser does not support images upload. Please choose a modern one

De la génération Club Dorothee, élevée avec Saint Seya, Cobra et City Hunter, Saya, qui a un gros faible pour les shojo et les josei, adore faire de nouvelles découvertes. Le manga est une passion qu'elle n'hésite pas à transmettre aux générations futures.