Connect with us

Critique

Notre critique du tome 1 de Un Monde Transformé

Published

on

Dessinateur : Kanako Meiji
Scénariste : Kanako Meiji
Editeur : Ototo
Collection : Seinen
Genre : Fantasy, fantastique
Public : Tout public
Contenu : 190 pages
Sortie : 15 novembre 2019
Prix : 7,99 €
Statut de la série au Japon : Terminée en 3 tomes

Acheter Site officiel

Résumé

Dans un temple entouré par une dense forêt, repaire de créatures monstrueuses, une prêtresse est en apprentissage. Au cœur de la forêt des Dieux, où humains et monstres coexistent, se trouve le temple de la déesse Dela, un lieu pieu empli de mystères. Entre ses murs, la jeune Puryo suit jour après jour un apprentissage rigoureux afin de devenir la grande prêtresse du temple, un statut ô combien important, égal à celui d’un roi. Seulement, au sein de ce bâtiment, se cache un étrange pouvoir et de nombreux secrets que même les plus anciens pensionnaires ignorent et qui risquent peut-être bientôt d’impacter la vie de l’apprentie grande prêtresse.

Notre critique

Avec un titre tel qu’Un Monde Transformé, on s’attendait à quelque chose de plus…flagrant. Mais Kanako Meiji sait y faire pour amener doucement le lecteur au cœur des mystères inquiétants qui dorment au temple de Gardelan. De quoi le faire trembler !

Passés les deux premiers chapitres de ce tome 1 qui nous présentent Puryo telle un garçon manqué toujours prête à échapper aux leçons de ses professeures, ce manga nous entraîne au cœur d’étrangetés. On serait tenté d’y reconnaître un savoir-faire à la Stephen King, une écriture qui vous place confortablement dans un fauteuil et, soudain, vous étouffe !

Puryo est une orpheline. Découverte blessée par le père de sa meilleure amie Ezline, elle fut apportée au temple. Depuis, la jeune fille a été nommée apprentie grande prêtresse. Son rôle est d’apprendre pour remplacer la 14e prêtresse disparue subitement 100 ans auparavant. La déesse Dela est plus vénérée qu’un roi et la parole de sa grande prêtresse a plus de valeur encore.

Puryo semble d’abord bien insouciante mais on la découvre au fil des pages studieuse et bien au fait de nombreux mystères qui peuplent la forêt. Ce monde transformé connaît de nombreuses créatures maléfiques, voraces d’humains, mais silencieuses et prêtes à frapper depuis les ombres. Puryo complète même sa formation du temple par des visites dans certains villages, des explorations de la forêt, hors des sentiers protégés. C’est ainsi qu’elle trouve une assistante qui n’a rien à voir avec celle que la prêtresse en chef lui avait choisi…

Espiègle mais réfléchie, Puryo affronte chaque jour avec une lucidité bien mature pour une jeune fille coupée des préoccupations des gens de son âge. Son esprit serait-il habité par une entité quelconque ?

Une autre créature qui a pris possession d’une enfant sera peut-être sa meilleure alliée car le temple recèle ses monstres. Au détour d’un dialogue, des pensées de Puryo, d’une des corvées de la jeune prêtresse Agasa, des faux pas de la prêtresse en chef Zure, on découvre que certaines statues prennent vies pour redevenir de pierre l’instant d’après, que les sous-sols du temple sont emplis d’une nuit sans fond, que des mains géantes bondissent du sol pour attraper leur proie humaine et que les sages du temple sont d’horribles entités…

Petit à petit, méticuleusement, Kanako Meiji ménage un suspense digne des meilleurs romans d’épouvante, ceux qui vous font sursauter dans votre lit. Les secrets enfouis du temple et de la 14e grande prêtresse aiguisent l’intérêt du lecteur comme la curiosité de Puryo. La jeune fille ne semble pas résolue à devenir l’agneau à abattre !

Le dessin de la mangaka dénote tout autant que son récit. Typé seinen, il repose sur une superposition de tracés, une véritable toile d’encre qui permet un travail poussé du détail. Le chara-design s’en ressent : toutes les expressions sont visibles et variées. Le visage de Puryo en particulier révèle une large palette d’émotions tandis que celui des sages ou des prêtresses dénote cruauté, laideur, dissimulation.

Cette technique du trait multiple permet aussi un encrage puissant dans les situations de péril, de suspense, et soutient une atmosphère graduellement pesante. Les créatures dangereuses, les apparitions, les couloirs obscurs du temple…tout est présenté pour accentuer cette sensation que quelque chose ne tourne pas rond.

Un monde transformé nous plonge dès ce tome 1 dans une aventure sombre, pleine de mystères et de dangers, affrontés par une héroïne sûre d’elle mais discrète. Serait-elle un monstre elle-même ?

Rédactrice manga de Nipponzilla. Dévoreuse manga, BD et livres en tous genre, bavarde absolue, elle s’attaque à tout ce qui ressemble de près ou de loin à un bon titre et qu’importe les déceptions, elle s’acharne pour vous dénicher des perles.

Continue Reading
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

÷ one = three