Connect with us

Critique

Notre critique du tome 2 de Le Bonheur du Démon

Lia

Published

on

Dessinatrice : Kotetsuko Yamamoto
Scénariste : Kotetsuko Yamamoto
Éditeur : Boy’s Love IDP
Collection : Hana Collection
Genre : Yaoi
Public : + 16 ans
Contenu : 186 pages
Sortie : 27 juillet 2020
Prix : 7,95€
Statut : En cours de publication

Acheter Site officiel

Résumé

“Le jour où on lui apprend qu’il doit rembourser une dette de cinq millions de yens contractée par son père, Emu Ikariya retrouve un ancien camarade de classe, Nenji Fukutomi. Pour parvenir à rembourser l’argent, il emménage chez le grand-père de Fukutomi, Gonzô, qui l’aide à trouver des petits boulots qui paient bien. Fukutomi, pour sa part, ne cache pas les sentiments qu’il éprouve envers Emu. Celui-ci, un peu effrayé, refuse de céder et préfère se concentrer sur ses problèmes d’argent. Mais Fukutomi a du mal à contrôler la force de son amour… Emu se laissera-t-il emporter ?”

Notre critique

Après un début plutôt inhabituel, on se demandait comment la relation entre Emu – pauvre jeune homme criblés de dettes à qui la vie n’a pas fait de cadeaux – et Fukutomi – riche héritier complètement nul en relations sociales – allait bien progresser, et ce deuxième volume va nous apporter pas mal de surprises bienvenues.

On l’a dit et redit, mais avec les mangas de Kotetsuko Yamamoto, on a rarement le temps de s’ennuyer, et ce deuxième tome ne fait pas exception puisqu’il va s’y passer pas mal de choses. Chantage, petits boulots douteux, crises de jalousie… Beaucoup de drame et d’action, mais toujours sur un fond humoristique totalement irrésistible ! On ne se lasse pas des interactions entre Emu et Fukutomi, et leur maladresse et leur timidité est décidément très touchante. Et malgré un bon nombre de malentendus et autres obstacles, leur relation semble progresser à bon train.

On apprécie d’ailleurs que les choses ne traînent pas trop entre eux, car la personnalité des deux héros aurait bien pu faire traîner l’histoire bien plus longtemps à coups de quiproquos et de sentiments non-dits, à l’instar des héros de Et demain ce sera quoi (autre titre de l’autrice disponible aux éditions Boy’s Love). Ici, les sentiments des deux personnages sont assez clairs et même si plusieurs barrières posées par l’histoire viennent ralentir leur happy end, cela fait plaisir de les voir se rapprocher et commencer de plus en plus à compter l’un sur l’autre.

Le tome se termine sur une scène érotique légère qui aurait bien pu marquer la fin de l’histoire, puisqu’une bonne partie des problèmes immédiats semblait résolue, mais avec la sortie d’un troisième volume au Japon cet automne, il semble bien que Kotetsuko Yamamoto nous réserve encore quelques surprises avec cette série. À suivre !

Continue Reading
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

twenty − = twelve