Connect with us

Critique

Notre critique du tome 2 de Search & destroy

Published

on

Dessinateur : Kaneko Atsushi
Scénariste : Kaneko Atsushi, Tezuka Osamu
Éditeur : Delcourt/Tonkam
Collection : Seinen
Genre : Historique, Fantastique
Public : + 14 ans 
Contenu : 224 pages
Sortie : 2 juin 2021
Prix : 9,35€
Statut de la série : Terminée en 3 volumes

“Dans un monde où des robots appelés « creech » et des humains coexistent, une enfant répondant au nom de Hyaku s’est vu dérober 48 de ses membres et organes par autant de créatures. Après avoir survécu grâce à l’implantation de prothèses mécaniques, elle lutte aujourd’hui avec l’aide d’un jeune orphelin nommé Doro afin de récupérer son corps de chair. Mais à travers ce combat pour se retrouver, Hyaku découvre aussi la faiblesse et la laideur inhérentes à la condition humaine. Et tandis qu’elle progresse dans sa quête, chez les créatures exploitées comme des bêtes de somme, la révolte commence à gronder… “

Un grand pas se fait dans la ville de Hachisuka : les droits des créatures mécaniques sont étendues. Alors que certains saluent cette prise de position, d’autres, au contraire, sont contre. En fait, depuis l’arrêté de protection des créatures, cette ville est devenue le centre de ralliement de toutes les “creechs” à la recherche d’un emploi. Cette situation crée une forme d’insécurité dans les rues. Mais ces “creechs” deviennent une main-d’œuvre efficace et corvéable pour la recherche de métaux rares impossibles à extraire pour les humains, limités par leurs corps faits de chairs et de sang. C’est dans cet univers où grondent les humains et les “creechs”, que Hyaku continue de chercher les différentes partis de son corps dérobées par 48 créatures mécaniques lorsqu’elle n’était qu’un bébé. La voici sur les traces de Zaza qui s’est offert ses jambes…

Hyaku, qui a récupéré ses yeux et sa langue, profitent des sensations nouvelles qu’ils lui procurent. Elle s’extasie devant le monde qui lui apparaît au travers de ses propres yeux, même si elle ne peut plus zoomer, comme avec ses yeux cybernétiques. Doro, lui, est plus amer quand au monde qui les entoure et n’est pas vraiment d’accord avec elle. Avec ses membres et ses organes qu’elle récupère, Hyaku se sent plus vivante et ressent des émotions, comme la peur qui la paralyse. Cette série traite de ce qu’est un être vivant. Les humains ont un cœur qui bat et une âme et c’est ce qui fait d’eux des êtres vivants. Les “creechs” ont un programme d’auto-conservation qui leur permet d’éviter les pannes et les avaries. Certains avancent que cet instinct de protection programmé a engendré une sorte d’égo, qui a servi de terreau pour la naissance d’une forme de conscience et donc d’un cœur. Avec de telles théories, les “creechs” décident de se rebeller face aux humains, qui exploitent les machines dans des conditions infernales.

Voici une interprétation audacieuse et plus moderne du célèbre Dororo d’Osamu Tezuka. On plonge dans un récit de science-fiction très bien ficelé, qui mélange suspense, chasse à l’homme, philosophie et complots politiques avec une certaine maestria. Le charadesign particulier et sombre colle bien au texte et à l’ambiance qui s’y dégage. Par contre, les affrontements sont un peu trop statiques. La jaquette est très chargée, avec Hyaku, Doro et des “creechs” en pleine révolte, le tout dans des couleurs forts peu joyeuses.

Search & destroy
80 Rédaction
Lecteurs 0 (0 votes)
Résumé

Voici un deuxième volume qui mérite grandement d'être lu. On y trouve la face obscure de l'humanité, de grandes questions existentielles, de la politique, des héros non-manichéens et une ambiance sombre et glaçante, le tout servi par un graphisme particulier. Une adaptation moderne et audacieuse à découvrir absolument !

Scénario80
Dessin80
Édition85
Originalité80
Mise en scène80
Intérêt sur la durée80
Ce que les gens disent... Laissez votre note
Sort by:

Be the first to leave a review.

User Avatar
Verified
{{{ review.rating_title }}}
{{{review.rating_comment | nl2br}}}

Show more
{{ pageNumber+1 }}
Laissez votre note

Your browser does not support images upload. Please choose a modern one

De la génération Club Dorothee, élevée avec Saint Seya, Cobra et City Hunter, Saya, qui a un gros faible pour les shojo et les josei, adore faire de nouvelles découvertes. Le manga est une passion qu'elle n'hésite pas à transmettre aux générations futures.

Continue Reading
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

one × = six