Connect with us

Critique

Notre critique du tome 2 de Shigurui

Published

on

Dessinateur : Yamaguchi Takayuki
Scénariste : Nanjo Norio
Éditeur : Meian
Collection : Shonen
Genre : Historique, Action
Public : +16 ans
Contenu : 292 pages
Sortie : 23 février 2021
Prix : 9,95€
Statut de la série : Terminée en 15 volumes

“Deux épéistes touchés par la grâce du démon du sabre, destinés à croiser le fer, condamnés à s’entretuer… Mais en cet instant ils sont si beaux, si jeunes. Les yeux du maître brillent de colère, pareils à ceux d’un tigre. La neige, le silence… L’épée, la chair, le désespoir… “

Dans ce deuxième tome, on fait un beau retour en arrière. On se plonge lors du choix que fait Kogan pour l’époux de sa fille Mie, ainsi que son successeur. Son choix se porte sur Seigen, qui très vite va se sentir d’une grande importance et prendre de haut les autres disciples de l’école Kogan. La jeune Mie doit obéir à son père et accepter l’époux qu’il lui a choisi, même si son coeur penche vers un autre homme. Mais Seigen, grand séducteur, va entretenir une relation avec dame Iku, une prostitué, maîtresse de son maître et beau-père, Kogan. Ce dernier, atteint de folie, va se venger sur les deux amants. Fujiki Gennosuke va, de son côté, développer une technique d’art du sabre qui va lui permettre d’évoluer dans son apprentissage et continuer sa formation auprès de Kogan, malgré le mariage de Mie. Autre flash-back avec un voyage dans le passé du terrible Kogan, qui travaille sur la création de sa technique secrète qui a fait le succès de son école, le Nagare-Boshi.

Ce volume fait la part belle au passé de deux des protagonistes de ce récit, Seigen et Kogan, même si on y retrouve Mie et Fujiki, mais plus en retrait. Dès le départ, Seigen nous apparaît comme un être antipathique, arriviste, qui désire plus que tout monter dans l’échelle sociale. Nous faisons la connaissance de sa mère, prostitué de son état et atteinte de syphilis. Malgré l’état de la pauvre femme, le jeune homme fréquente beaucoup de femmes, issues de tous les milieux, dont dame Iku. Kogan ne laissera pas passer l’affront et le jeune homme garde de sérieuses séquelles de cette vengeance. Kogan, même si il est atteint de folie, ne l’a pas été toute sa vie. On le découvre sous un angle différent lors du flash-back qui lui est consacré, tout en force et sain d’esprit. Malgré une folie qui le rend encore plus autoritaire et cruel, Kogan n’est jamais remis en question par ses élèves, et les supplications de Mie, son seul enfant, ne servent à rien.

Ce titre est une oeuvre d’art, grâce à ses dessins magnifiques où l’on peut admirer des samouraïs danser lorsqu’ils s’affrontent. Les lignes de mouvements qui entourent leurs gestes rendent ces scènes d’action dynamiques et presque réelles. Le dessinateur réalise de superbes corps où il met en valeur la musculature des personnages. On a l’impression de voir des planches anatomiques, tant ils fourmillent de détails. Le scénario dégage une certaine violence et une certaine brutalité, ainsi que beaucoup de cruauté, mais on se laisse emporter par les personnalités ainsi que les faiblesses des protagonistes. La jaquette est un chef-d’œuvre à elle seule.

Shigurui
85 Rédaction
Lecteurs 0 (0 votes)
Résumé

En bref, voici un tome qui fait la part belle aux souvenirs, alors qu'un terrible tournoi est en cours. La qualité du dessin est telle, qu'on se laisserait à rêver de voir ces personnages prendre vie et sortir des pages. Magnifique et historique. On adore !!

Scénario95
Dessin80
Édition85
Originalité80
Mise en scène80
Intérêt sur la durée90
Ce que les gens disent... Laissez votre note
Sort by:

Be the first to leave a review.

User Avatar
Verified
{{{ review.rating_title }}}
{{{review.rating_comment | nl2br}}}

Show more
{{ pageNumber+1 }}
Laissez votre note

Your browser does not support images upload. Please choose a modern one

De la génération Club Dorothee, élevée avec Saint Seya, Cobra et City Hunter, Saya, qui a un gros faible pour les shojo et les josei, adore faire de nouvelles découvertes. Le manga est une passion qu'elle n'hésite pas à transmettre aux générations futures.

Continue Reading
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

− three = two