Connect with us

Critique

Notre critique du tome 5 de Samurai 8

Lia

Published

on

Dessinateur : Akira Ôkubo
Scénariste : Masashi Kishimoto
Éditeur : Kana
Collection : Shonen
Genre : Aventure, Fantastique
Public : + 10 ans
Contenu : 208 pages
Sortie : 25 septembre 2020
Prix : 6,85€
Statut : Terminé en 5 tomes

Acheter Site officiel

Résumé

“Après avoir vaincu Benkei le samouraï démoniaque, Hachimaru et ses camarades reprennent leur voyage dans l’espace. Alors que notre héros est en train de télécharger le certificat de l’école Kongô Yasha, un événement inattendu a lieu !! Au même moment, les deux samouraïs recherchés par Sen font leur apparition tandis qu’Ata, l’ennemi juré de Hachimaru, commence à agir de son côté…”

Notre critique

C’est avec une pince au cœur que l’on avait appris, il y a quelques mois seulement, l’annulation de Samurai 8 avec une fin annoncée au tome 5. À croire que la nouvelle série de Masashi Kishimoto n’a pas eu le succès escompté… Et à présent que ce dernier volume est sorti aux éditions Kana, une question s’impose : aurons-nous droit à une fin bâclée ? Et pour les lecteurs n’ayant pas encore commencé la série, vaut-elle tout de même le coup ?

Difficile de ne pas se poser ce genre de question, étant donné que nous avions déjà fait remarquer le début un peu lent de Samurai 8, qui prenait bien le temps de détailler chaque aspect de son univers. Et quel univers ! Car dès le tome 1 et jusqu’à la fin, le monde de Samurai 8 aura décidément été bien complexe. En plus d’un drôle de mélange entre époque des samouraïs et futurisme galactique à la façon Gintama, le principe de combat des samouraïs était assez compliqué. Si l’on ne peut qu’applaudir le titre pour son originalité, cette complexité de l’univers aura sans doute refroidi quelques lecteurs, et le manga n’aura malheureusement pas eu le temps de nous y habituer en seulement cinq volumes.

Néanmoins, si l’on passe outre ce point, il est tout à fait possible de suivre l’histoire même sans comprendre exactement tout ce qui se passe. Les personnages sont incroyablement attachants et ont droit à un développement correct, les dessins sont très beaux et fourmillent de détails qui rendent chaque page très agréable à regarder, et le scénario en lui-même n’est pas mauvais. On apprécie particulièrement la relation entre Hachimaru et An pour son côté réaliste et touchant. An est un personnage féminin avec un développement plutôt travaillé pour un shônen, et Hachimaru évolue tout au long de l’histoire pour apprendre à surmonter ses défauts. Ce sont deux adolescents pas très doués pour communiquer avec les autres mais qui vont s’aider l’un l’autre à changer.

Rassurons sans plus attendre ceux qui avaient peur d’une fin inachevée, car Samurai 8 a bel et bien une fin. On se demandait bien comment l’auteur allait se débrouiller pour terminer son scénario quand, au début du tome, on parlait encore de partir en voyage pour trouver des alliés ! Mais étonnamment, le déroulement des choses se fait de manière plutôt fluide et, même si l’on se doute que la fin n’était pas prévue pour arriver aussi tôt, on n’a pas vraiment l’impression que tout arrive d’un coup. Certains points restent bien sûr inexpliqués ou peu détaillés – notamment le revirement de camp d’un adversaire à la va-vite – mais, globalement, le scénario arrive à boucler la boucle sans trop de problèmes et à nous offrir une fin qui résolve la plupart des problèmes tout en restant assez ouverte pour laisser place à l’imagination. Chapeau donc à Masashi Kishimoto pour avoir réussi son coup et avoir terminé son histoire dans ces conditions !

Dans l’ensemble, Samurai 8 aura été une série courte un peu difficile à prendre en main à cause d’un univers très complexe et des systèmes un peu trop compliqués, mais qui reste une bonne histoire avec beaucoup d’originalité, des personnages attachants et plusieurs points très appréciables. La fin n’est pas non plus décevante, aussi les nouveaux lecteurs peuvent se lancer dedans sans risque, à condition de bien garder en tête qu’il s’agit d’une histoire courte.

Enfin, notons le petit bonus qui fait toujours très plaisir : ce cinquième volume contient trois marque-pages métalliques à l’effigie de la série, qui s’avèrent de très bonne qualité. Une bonne manière de finir l’histoire en beauté !

Lia

Fan de mangas en tout genre avec un goût prononcé pour tout ce qui sort de l'ordinaire et un faible pour les histoires fantastiques.

Continue Reading
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

forty two + = forty five