Notre critique du tome 6 de Granblue Fantasy

Dessinateur : Cocho
Scénariste : Fugetsu Makoto
Éditeur : Pika Édition
Collection : Shonen
Genre : Fantasy, Aventure
Public : + 10 ans
Contenu : 204 pages
Sortie : 2 octobre 2019
Prix : 7,20€
Statut de la série : En cours de publication

Acheter Site Officiel

Résumé

Yggdrasil est libérée et nos héros, à « l’invitation » du général Furias se rendent à la Citadelle d’Albion. Le souverain n’est autre qu’une vieille connaissance de Katalina, Vira, qui a fait ses classes dans la même académie que la chevalière. Mais Katalina ne semble pas très heureuse de retrouver cette amie. De plus, la paix proposée par Furias est-elle valable ? Nos héros avancent en terre inconnue et se méfie du général…

Notre critique

A la surprise d’Orchis, Appolo la sauve d’une mort certaine. Avec Lyria, Orchis absorbe les pouvoir d’Yggdrasil, puis le chevalier noir repart avec sa marionnette. Orchis n’a pas écouté les paroles de Lyria, du moins en apparence, mais Lyria est persuadée qu’elles se retrouveront et qu’elle pourra aider Orchis à se libérer. Mais nos amis ont d’autres choses à faire : une invitation à la paix par le général Furias leur parvient. Pour ce faire, ils doivent se rendre à la Citadelle d’Albion où on en apprendra plus sur le passé mouvementé de la superbe Katalina. Vira, la souveraine d’Albion, est une amie de cette dernière. Si la première est heureuse de ces retrouvailles, ce n’est pas le cas de Katalina : elle compte bien enfin assumer son passé et ses choix… et même à se sacrifier pour ce faire ! Certains personnages se rapprochent et des duos, parfois étonnants, se forment.

Ce tome, comme les précédents, continue à avancer à une certaine vitesse. Maintenant, nous sommes bien habitués à ce rythme de croisière, qui convient très bien à cette série, adaptée d’un jeu vidéo. On ne ressent pas le départ de Makoto Fugetsu, le scénario suit le même chemin déjà tracé.

Le tome s’ouvre sur une page couleur de la Citadelle d’Albion. L’action se déroulant dans un espace clos et en intérieur, il y a peu de décors naturels, et peu de ciel. Ici, les personnages sont au centre de l’histoire. Leurs traits sont réguliers, et même, aériens dans certains cas. Sur la jaquette, c’est Vira qui est mise en avant, toujours sur le classique fond blanc des premiers tomes.